Laissez moi vous raconter une histoire… Quand j’étais petite, mes parents m’ont inscrite à des cours de danse. Jusque là, rien d’extraordinaire. Seulement voilà, je me suis vraiment mise à aimer ça et j’ai développé une sorte de « complexe de supériorité » si on peut appeler ça comme ça : il fallait absolument que je sois la meilleure. Pas simplement « bonne » ou « douée », non, non, la meilleure.

Très rapidement, je suis montée en puissance, enchaînant les cours et les entraînements. Jusqu’à ce jour fatidique : cela faisait bientôt 8 ans que j’étais danseuse et nous préparions un spectacle de fin d’année. Nous étions deux à avoir la vedette, moi et une de mes camarades de classe. Nous avons travaillé toutes deux avec acharnement et le jour de la représentation, j’étais intimement persuadée que j’allais être la meilleure. Seulement voilà… Mademoiselle J (pour ne pas la nommer) m’a surclassée et a réussi à hypnotiser le public. J’étais au fond du trou. Je n’avais pas été la meilleure.

C’est là que je me suis rendue compte de mon problème : vouloir être tout le temps la meilleure n’était pas forcément faisable, et ce n’était pas pour autant que ce que j’avais fait était mal, au contraire, mais simplement, j’avais trouvé « meilleure » que moi. Je me suis rapidement rendue compte que s’était terriblement épuisant de vivre comme ça, en espérant être le ou la meilleure sans cesse. Si, comme moi, vous avez encore du mal à gérer cette sensation, suivez mes conseils (ça fonctionne!).

#1 Le monde tourne, et vous tournez avec

Le monde et surtout votre carrière changent et évoluent sans cesse. Qu’est-ce que cela peut bien signifier ? Tout simplement que même si vous avez été le ou la meilleur(e) à un certain moment, ce n’est pas pour autant que vous le serez tout le temps !

Pensez à MySpace… N’était-ce pas le truc le plus cool au monde au début des années 2000 ? Et bim, il a suffit que Mark Zuckerberg et son tee-shirt gris débarque pour que MySpace devienne totalement has-been face au géant Facebook. Alors voilà, être le ou la meilleur(e)… c’est pour une seule personne à la fois ! Et même si vous tirez votre révérence de temps en temps, qui a dit que votre tour ne reviendra pas ?

#2 Identifiez vos vrais talents et vos limites

Regardez les marathoniens, la plupart du temps, ils courent pour eux avant tout de chose ! Et ils courent pour dépasser leurs limites et battre leur propre record. Vous devez faire exactement la même chose, arrêtez de vouloir vous comparer tout le temps aux autres, comparez-vous déjà à vous-même. Cet état d’esprit, vous devez le conserver tout au long de votre vie et de votre carrière. Arrêtez d’être obsédé(e) par la réussite des autres, soyez obsédé(e) par votre propre réussite, ça vous prendra déjà bien assez de temps.

#3 Pensez à ce que ça vous apporte

Beaucoup de personnes veulent être le ou la meilleur(e) mais pour cela, il vous faut une bonne raison : il est important que vous vous rendiez compte de ce que ça vous rapporte vraiment. Si votre seule réponse est « je peux me la jouer devant tout le monde » alors vous pouvez vous arrêter tout de suite, vous faites ça pour les mauvaises raisons. Cependant, si votre réponse est « je voudrais être le meilleur pour réussir dans mon domaine professionnel et être respecté pour mon travail », alors là oui, pas de souci ! Etre le ou la meilleur(e) doit pouvoir vous apporter quelque chose, personnellement.

#4 Acceptez que parfois… ce que vous faites sera juste « bien »

Si vous êtes comme moi, une espèce de Monica dans Friends, c’est-à-dire un(e) perfectionniste obsessionnel(le) alors la notion de « bien » ou « assez bien » vous sera totalement insupportable. Seulement voilà, parfois, il faut bien l’accepter, ce que vous faites sera juste « bien » et pas forcément extraordinaire. Et c’est normal ! Imaginez si tout ce que vous faisiez était « extraordinaire », alors plus rien ne le serait vraiment… Vous me suivez ?

La clé : essayez de toujours donner le meilleur de vous-même (je dis bien le meilleur de vous-même, ce qui ne signifie pas que vous serez le ou la meilleur(e) à la fin). En faisant cela, vous n’aurez plus aucun regret.

Previous post

33 000 emplois générés par des investissements étrangers en 2015

Next post

Polytechnique : n°1 des écoles d'ingénieurs