Le député PS Christophe Sirugue présente ce lundi à Manuel Valls un rapport préconisant la mise en place d’une « couverture socle commune » qui pourrait remplacer et simplifier les minima sociaux pour les rendre plus équitables. Le rapport vise une « refonte en profondeur de l’architecture globale du système des minima sociaux » pour permettre de traiter « tout usager (…) selon les mêmes règles quand ses ressources viennent à manquer, tout en bénéficiant d’un dispositif complémentaire qui corresponde aussi à ses propres spécificités ».

Lutter contre la pauvreté des plus jeunes

Au coeur de cette réflexion, on retrouve « la question de l‘accès des jeunes aux minima sociaux et notamment celle de l’accès des 18-25 ans au RSA. Priver la très grande majorité des jeunes de l’accès à notre dispositif universel de lutte contre la pauvreté ne me paraît en effet plus acceptable » comme explique Christophe Sirugue. « Cette condition d’âge apparaît bien singulière au regard de la situation de nos voisins européens et, surtout, elle empêche de lutter efficacement contre la pauvreté des plus jeunes, dont la hausse depuis 2008 est malheureusement frappante ».

Revenue minimum d’existence + un complément d’insertion

Ainsi, ce revenu minimum d’existence de 400 euros par mois pourrait être complété par un complément d’insertion qui permettrait à tout actif de plus de 18 ans de bénéficier d’un accompagnement en plus. La couverture socle commune remplacerait donc les dix minima sociaux que touchent actuellement quatre millions d’allocataires : le revenu de solidarité active (RSA), l’allocation de solidarité pour les personnes âgées (ASPA), l’allocation adultes handicapés (AAH), l’allocation supplémentaire d’invalidité (ASI), l’allocation de solidarité spécifique (ASS), l’allocation veuvage (AV), le revenu de solidarité outre-mer (RSO), la prime transitoire de solidarité (PTS), le revenu de solidarité outre-mer (RSO), l’allocation temporaire d’attente (ATA) et l’allocation pour demandeur d’asile (ADA).

Previous post

Les français sont-ils grossiers au travail ?

Next post

Discriminations à l'embauche : le gouvernement envoie des faux CV aux entreprises