Même si le taux de suicide a reculé en France depuis une décennie, elle fait partie des pays d’Europe où on se donne le plus la mort. Dans son deuxième rapport depuis sa création, l’Observatoire national du suicide publie un état des lieux approfondi du phénomène en France. Ainsi, en 2012, 9.715 personnes se sont suicidées en métropole, soit 10.686 cas, si l’on considère que les suicides sont sous-estimés d’environ 10%.

Les facteurs de risque

Il existe différents facteurs « à risque » : la dépression, la maladie, les addictions, les ruptures amoureuses, la solitude, la violence… Mais quel est le rôle du travail et de la vie professionnelle ? Selon l’Observatoire : « les facteurs socio-économiques sont moins déterminants que les troubles psychiatriques » mais « les liens entre situation socioprofessionnelle, conditions de travail et comportements suicidaires sont loin d’être clairs ».

Chômage : cause importante de suicide

En 2014, 27,3% des 15-75 ans déclaraient avoir eu une pensée suicidaire en pensant à une raison professionnelle, contre 81% en pensant à une raison personnelle et 1,9% à un problème de santé mentale. Le rapport montre bien l’effet destructeur du chômage et plus largement sur les difficultés financières et sociales. D’autre part, un groupe de chercheurs de l’université de Zurich a estimé que « le chômage était à l’origine de quelque 45.000 suicides chaque année dans 63 pays ».

L’Observatoire constate également que « le risque relatif de décès par suicide est plus élevé pour les personnes de catégorie socioprofessionnelle peu élevée, disposant d’un faible revenu ou d’un faible niveau d’éducation, et pour les chômeurs ».

Previous post

Vers une augmentation du salaire des fonctionnaires

Next post

10 citations de Charlie Chaplin pour vous faire relativiser