C’est Randstad qui a cette fois-ci mené l’enquête… et montre que 6% des salariés français jugent que leur remplacement par un robot va finir par être inéluctable. Pour 21% d’entre eux, il est « probable ». On ne peut pas le nier, en quelques années, l’intelligence artificielle a fait d’immenses progrès. A tel point que le mois dernier, c’est un robot qui a réussi à battre un humain au jeu de go, considéré comme très complexe. Faut-il alors s’inquiéter pour nos emplois ?

Ce sont clairement les asiatiques qui sont les plus inquiets et les plus pessimistes : 69% des Indiens et 58% des Chinois pensent que l’automatisation de leur travail est « probable ». En Allemagne, c’est le cas pour 27% des salariés, 30% des Américains pensent également être remplacés.

47% des emplois sont à risque aux Etats-Unis

Pour rappel, selon une étude d’Oxford, menée en 2013, aux USA, 47% des emplois sont « à risque » soit clairement susceptibles d’être remplacés par des robots et le numérique d’ici une à deux semaines. Ce résultat se base sur un constat simple : la robotisation ne concerne plus uniquement les tâches répétitives, mais également le secteur des services.

Vers une baisse des prix des biens et des services ?

A l’inverse de ça, d’autres experts prennent le contre-pied de ce triste scénario : la production de robots devrait nécessiter de la main d’oeuvre et pourrait également faire baisser les prix des biens et des services justement, ce qui pourrait engager du pouvoir d’achat qui serait utilisé pour d’autres dépenses. Autre preuve, ce sont les pays les plus robotisés comme l’Allemagne, le Japon ou encore la Corée du Sud qui sont aujourd’hui en plein-emploi.

 

Previous post

Vie de bureau et anniversaire : l'étude Qapa sur Radins.com

Next post

Le chômage des jeunes : on en est où ?