Après Pékin Express, Qui est la taupe, Top Chef, c’est le domaine de l’emploi qui s’empare de la télé-réalité avec la nouvelle émission programmée par la chaîne M6 pour la rentrée 2015 : The Apprentice. Le principe est simple : 14 candidats (7 garçons et 7 filles) s’affronteront pendant six semaines (6 épisodes) pour tenter de remporter un CDI dans une grande entreprise.

Pour dénicher ces candidats, 1 000 candidatures ont été fournies par la société Endemol parmi lesquelles des autodidactes, des jeunes chefs d’entreprises ou encore des diplômés des grandes écoles.

Selon Bruno Bonnell, un patron rhodanien, « On a souvent une image dégradée du monde de l’entreprise. J’ai la volonté avec cette émission de faire découvrir le monde de l’entreprenariat aux Français ». Le PDG de Robopolis et co-fondateur d’Informes, éditeur à succès de jeux vidéo représente un patron exigeant et sans concession, une sorte de Donald Trump à la française. Tout au cours du jeu, les jeunes candidats devront faire face à des mises en situation et à de nombreuses épreuves pour qu’il n’en ressorte qu’un seul. Lors de la première épreuve, deux équipes seront formées et chaque camp devra monter une entreprise de pressing afin de réaliser le chiffre d’affaires le plus important. A la suite de cette épreuve, le chef de l’équipe perdante sera convoqué par Bruno Bonnell et devra désigner deux responsables (au sein de son équipe) selon lui de la défaite. Un des trois jeunes sera alors éliminé.

A la fin du jeu, ce n’est pas de l’argent qui est à gagner, mais bien un CDI de directeur de développement commercial. Bruno Bonnell cherche quelqu’un pour lancer, à la fin de l’année 2015, un « nouveau produit qui va révolutionner la vie des gens. » Il aura donc pour mission de « trouver des parts de marché à l’étranger ».

Transmettre pour mieux apprendre

Si la compétition règne tout au long de The Apprentice, cette émission n’en est pas moins une manière pour Bruno Bonnell de transmettre son expérience afin de faire progresser les candidats. Le patron avoue que certains l’appellent encore aujourd’hui pour lui demander des conseils.

D’autres articles pourraient vous intéresser :

apprentice

Previous post

Réorganisation de Pôle emploi = réduction de l'accueil en agences

Next post

Offre d'emploi du jour : CDRH recrute sur Qapa.fr