Le tatouage est devenu à la mode, au point qu’aujourd’hui, 20% de la population française est tatouée. Le monde du travail s’est-il adapté ?

Que dit la loi ?

A ce sujet, le code du travail est assez flou puisqu’aucune loi ne parle du port d’un tatouage dans le monde du travail. Par contre, le code du travail interdit toute discrimination liée à l’apparence physique, mais selon la nature du poste ou l’image que souhaite donner l’entreprise, un contrat de travail peut interdire des accessoires ou des tenues.

Mais l’employeur devra démontrer dans chaque cas qu’il n’a pas abusé de son pouvoir de direction et que la tenue, la coiffure ou les piercings ne sont pas corrects.

L’emplacement des tattoos peut alors déranger un employeur. Dans ce cas, il a le droit de demander à son employé de cacher le tatouage tout en justifiant sa demande.

Montrer son tatouage dans le monde du travail peut être problématique dans certains secteurs d’activité et pour certains postes. Par exemple, chez Air France, le règlement de l’entreprise précise que “le tatouage ne doit pas être apparent quand l’uniforme est porté”.

Autre profession symbolique : depuis janvier dernier, la police nationale autorise le port des tatouages, ce qui était avant interdit par le règlement.

Faites confiance à votre instinct

La décision de révéler ou non les tatouages ​​au travail dépend en grande partie de votre domaine et de votre environnement de travail.

Vous devez utiliser votre propre discernement en ce qui concerne ce qui est approprié et ce qui ne l’est pas. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Cela dépend de l’industrie dans laquelle vous vous trouvez et ce qui est acceptable pour cette industrie.

Quoi qu’il en soit, même si le tatouage est moins « dramatique » qu’avant, il convient néanmoins de faire preuve de discernement avant de s’afficher avec un bras tatoué.

En effet, la première impression reste importante : En entretien, on est d’abord vu, ensuite entendu, et enfin compris. Et c’est là qu’il faut faire attention, la vision que la personne a eu de nous vient donner une tonalité à tout ce qu’on peut raconter derrière. Tout dépendra donc du discours, du comportement qu’on a avec. Exemple, si vous postulez pour être juriste dans un très chic cabinet, autant attendre qu’ils vous connaissent un peu avant d’afficher votre avant-bras tatoué…

Le grand camouflage

Si vous ne savez pas comment votre tatouage sera reçu lors d’un entretien d’embauche, dissimulez-le. Jouez toujours la carte de la sécurité quand vous n’en savez pas encore assez sur l’organisation.

Outre le détatouage, l’autre technique qui existe pour masquer un tatouage c’est le cover. Il s’agit de faire appel à un tatoueur professionnel à qui vous confier la mission délicate de recouvrir un tattoo avec un nouveau dessin. Cette tendance fait de plus en plus d’adeptes et est même mise en valeur dans une émission télévisée. Là encore, vous allez devoir mettre la main à la poche mais cet investissement peut s’avérer utile pour vie professionnelle et personnelle (pensez à votre femme qui ne supporte plus de voir le prénom de votre ex sur votre poitrine…).

Ce que vous définit?

Ne laissez pas un tatouage particulièrement important éclipser votre apparence en tant que professionnel.

C’est bien d’être un individu, et de revendiquer sa personnalité mais il serait dommage que votre tatouage occulte vos compétences. Au lieu d’être la personne intelligente de la boîte, vous êtes celle avec le serpent dans le cou.

Suivez QAPA sur FacebookLinkedIn et Instagram ou rendez vous directement sur qapa.news pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles ! 🚀 Et pour accéder à toutes nos offres direction qapa.fr ou l’application mobile disponible sur Apple et Google Play.

Previous post

5 idées pour améliorer vos compétences depuis chez vous

Next post

Comment utiliser LinkedIn pour trouver un emploi ?