La hausse des tarifs réglementés du gaz ou la fin de la trêve hivernale restent les principales mesures pour le mois de juin. Ce mardi 1er juin, plusieurs changements entrent en vigueur et touchent directement les Français dans leur quotidien. Voici un tour d’horizon des principales modifications.

Fin de la trêve hivernale

A partir de ce mardi 1er juin au matin, les expulsions locatives sont autorisées à reprendre, la trêve hivernale prenant fin. Elle avait été prolongée de deux mois en raison de la crise de la pandémie de Covid-19. En dépit des multiples demandes d’associations caritatives, la trêve hivernale ne se terminera pas le 20 juillet, comme cela avait été le cas en 2020. Du fait de la crise sanitaire et économique, plus de 30 000 ménages seraient ainsi concernés par ces expulsions, « soit près de 66 000 personnes », indique dans un communiqué la Fondation Abbé Pierre.

Hausse du prix du gaz

Ce mardi, les tarifs réglementés d’Engie augmentent de 4,4 %. « Cette hausse est de 1,2 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 2,6 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 4,6 % pour les foyers qui se chauffent au gaz », indique dans un communiqué la Commission de régulation de l’énergie. Cette hausse des tarifs trouve son origine dans « la hausse des prix du gaz sur le marché mondial due notamment à une demande élevée en Asie et en Amérique du Sud », ajoute la CRE. Pour rappel, les tarifs réglementés de vente du gaz prendront fin le 1er juillet 2023.

Modification des règles du chômage partiel

Autre mesure qui concerne directement les Français dans leur quotidien : les règles du dispositif de chômage partiel changent ce 1er juin. Jusqu’à présent, les salariés bénéficiaires du chômage partiel percevaient 84 % de leur salaire net, 100 % s’ils étaient payés au Smic. Désormais, l’Etat ne va plus prendre en charge que 72 % du salaire net des travailleurs. Cependant, tous les secteurs ne sont pas concernés par cette nouvelle mesure puisque dans ceux dits protégés comme l’hôtellerie, le tourisme ou l’événementiel, les salariés continueront à percevoir 84 % de leur salaire net jusqu’au 1er juillet.

Dernière phase pour les impôts 

La déclaration des impôts sur le revenu entre dans sa dernière ligne droite. Si vous habitez dans un département dont le numéro est compris entre 20 et 54, c’est votre dernier jour pour déclarer vos impôts en ligne ! Après, il sera trop tard et vous vous exposez ainsi à payer une majoration. Pas de panique en revanche pour les habitants des départements restants. Vous avez jusqu’au 8 juin pour le faire. Les résidents des départements allant de 1 à 19 ont quant à eux déjà envoyé leur déclaration en ligne puisqu’elle s’est clôturée mercredi. Contrairement à la version papier où la date a été fixée cette année au 20 mai pour tous, celle en ligne dépend du département dans lequel vous habitez.

Les vieux diesel privés du Grand Paris 

Si vous possédez un véhicule dont la vignette Crit’Air est de catégorie 4, vous ne serez plus autorisé à entrer avec dans la Métropole du Grand Paris et ce, dès ce mardi. Vous n’aviez déjà plus le droit de circuler avec ce type de véhicule au sein même de la capitale depuis deux ans. Sont concernés les propriétaires de véhicules diesel datant d’avant 2006. A présent, vous ne pourrez plus emprunter le périphérique, ni traverser les bois de Boulogne et de Vincennes, de même que les communes qui se trouvent aux alentours de l’autoroute A86. Cette nouvelle restriction de circulation dans la Métropole du Grand Paris sera en vigueur du lundi au vendredi entre 8 heures et 20 heures, mais les sanctions ne devraient cependant pas s’appliquer avant la fin de l’année.

Evolution de la pub sur YouTube

Les conditions d’utilisation changent ce mardi chez le géant américain de la vidéo en ligne, YouTube. Il est désormais autorisé à mettre de la publicité dans n’importe quelle vidéo de son choix et sans verser un centime au créateur du contenu en question. « Vous accordez à YouTube le droit de monétiser votre contenu disponible sur le service (…). Le présent contrat ne vous donne droit à aucun paiement », peut-on lire sur le site de la plateforme. Le géant américain précise également que les paiements versés par YouTube aux créateurs de contenus « seront considérés comme des royalties ». Il ajoute également que « si la loi l’exige, Google appliquera une retenue à la source sur ces paiements ».

Google Photos désormais payant

Mauvaise nouvelle pour les utilisateurs du service photo du géant américain Google. Si vous vous servez de Google Photos pour y stocker vos clichés, il vous faudra payer si vous souhaitez dépasser les 15 gigaoctets. Il vous faudra débourser deux euros par mois ou vingt euros par an pour disposer ainsi d’un stockage de 100 Go sur le service photos de Google. En dessous de cette limite, le service restera gratuit. Si vous dépassez la limite de 15 Go ou si vous n’utilisez plus votre compte Gmail ou Google drive depuis plus de deux ans, vous prenez le risque de voir tous vos contenus être supprimés par le géant américain.

Suivez QAPA sur FacebookLinkedIn et Instagram ou rendez vous directement sur qapa.news pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles ! 🚀 
Et pour accéder à toutes nos offres direction qapa.fr ou l’application mobile disponible sur Apple et Google Play

Previous post

7 citations "made in Silicon Valley" pour travailler autrement

Next post

9 citations de Star Wars à appliquer au travail