300 000 à 350 000 : c’est le nombre de postes de fonctionnaires que Nicolas Sarkozy, président des Républicains, souhaite supprimer en un quinquennat. Dans un entretien au Monde, il chiffre le gain attendu à «7 milliards d’euros d’économies». Selon lui, le deuxième avantage serait « celui de l’égalité » : « Nous ne pouvons pas accepter les différences de traitement entre le secteur public et privé, c’est une question de cohésion nationale ».

Ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux

Voici quelques mesures que l’ancien chef de l’Etat voudrait appliquer : « Recommencer le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite à l’exception des services de sécurité ». Nicolas Sarkozy voudrait même « réformer la Constitution pour imposer » cette règle aux collectivités locales. Autre chose, il voudrait « faire converger le public et le privé sur la retraite. 63 ans dès 2020, 64 ans dès 2025″, avec un alignement du mode de calcul des pensions, des jours de congés, du « dialogue social interne », suppression des régimes spéciaux, rétablissement du jour de carence dans la fonction publique (un jour d’arrêt maladie non rémunéré), etc.

Augmentation du temps de travail

D’autre part, Nicolas Sarkozy propose aussi d’augmenter « le temps de travail des fonctionnaires » en faisant en sorte que les services publics soient « au moins aux 35 heures » pour augmenter « de 25% le temps de présence » des enseignants. Il souhaiterait mettre « fin à l’impunité » pour les fonctionnaires qui « ne font pas bien leur travail » en créant un « contrat de droit privé » : le « contrat d’agent ».

Previous post

Fashion Week Paris : quels sont les métiers de la mode et du textile ?

Next post

Quel style de management avez-vous ?