Le constructeur automobile Renault a annoncé hier la suppression de 7.500 emplois sur les 5 prochaines années en France. Renault assure qu’il n’y aura pas de plan social ni de licenciement économique car ces suppressions se feront par les départs naturels en retraite non remplacés. L’objectif déclaré est le re-gain de productivité.
Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, a déclaré qu’il ne s’opposerait pas à cette annonce dans la mesure où il n’y avait pas de licenciement ni de fermeture d’usine. A noter tout de même que Renault s’est engagé à conserver les usines à conditions que les syndicats donnent leur accord sur la diminution du temps de travail des salariés donc d’une diminution des salaires.

Previous post

Les modalités de calcul du salaire par notre avocat-conseil

Next post

L'accord emploi à l'Assemblée Nationale début avril ?