Ca y est… Comme des millions de Français, vous êtes dans une des situations les plus délicates dans un parcours professionnel : vous êtes au chômage !

Mais cette situation est loin d’être désespérée et inéluctable, à condition de prendre un peu de recul et de garder du sang-froid.

 

La règle du STOP

 

La première erreur lorsque l’on apprend la nouvelle de la perte de son emploi est de réagir aussitôt et de commencer à courir dans tous les sens.

STOP !

La première règle au contraire est donc de tout arrêter, de vous asseoir et de réfléchir le plus calmement possible à la situation.

La philosophie du « STOP » vous permet de faire face à toutes les situations d’urgence, de panique et de stress. Pour prendre les bonnes options et faire des choix judicieux, vous devez vous donner suffisamment de temps de réflexion pour établir votre plan d’attaque et votre riposte.

Une fois votre réflexion totalement aboutie, vous aurez tout le loisir de réagir vite et efficacement.

 

Pour vous souvenir de la règle du STOP, voici une astuce mnémotechnique :

 

– S : pour STOP c’est-à-dire S’arrêter.

– T : pour THINK en anglais autrement dit Réfléchir.  Une réflexion intense, profonde vous permettra de peser les pours et les contres, de faire le tour de votre situation et de préparer posément les solutions à apporter. Prenez le temps, au moins 3/4 jours jusqu’à 2 semaines. Parlez autour de vous, avec votre famille, vos amis mais gardez aussi du temps juste avec vous-même.

– O : pour ORGANISER.  Une fois la réflexion aboutie, le temps sera venu de préparer vos actions et donc de vous organiser. Etablir le plan d’action, les choses à faire, à ne pas faire, un calendrier précis avec les objectifs à atteindre pour retrouver un emploi.

– P : pour PARTEZ! C’est maintenant le bon moment pour commencer à agir.

 

Retrouvez tous nos conseils dans notre guide gratuit 21 jours pour trouver un emploi.

 

Previous post

Les 10 meilleurs jobs pour les gens qui aiment voyager

Next post

Entreprise : la prise d'initiatives permet l'épanouissement des salariés