Le recrutement d’un cadre sénior répond très souvent à un besoin stratégique pour l’entreprise de recruter rapidement un collaborateur avec de l’expérience pour répondre à un besoin précis.

Comment recruter le bon cadre senior ?

Pour arriver à recruter un cadre senior expérimenté, les entreprises ont recours à des canaux de recrutement bien spécifiques. Si la diffusion et la réponse à une offre d’emploi demeurent le premier canal de recrutement quel que soit l’âge du cadre, les cadres séniors (50 ans ou plus) sont plus souvent que les autres entrés en contact avec leur nouvel employeur via le réseau relationnel du recruteur ou la « chasse ».

La plupart des employeurs interrogés par l’APEC dans le cadre de son étude sur les cadres seniors ont déclaré avoir publier une offre d’emploi dans le cadre de leur recherche d’un nouveau collaborateur. Parallèlement, les entreprises multiplient les canaux en diffusant une offre d’emploi en interne, activent le réseau professionnel des salariés de l’entreprise (cooptation), font appel aux services d’un cabinet de recrutement ou encore pratiquent la « chasse » via les réseaux sociaux professionnels ou les CVthèques.

Une partie des employeurs justifie le choix de ces canaux de recrutement par la volonté de privilégier des candidats déjà en poste et qui ne sont pas toujours en veille active ou bien des candidats connus du recruteur. D’autres justifient ces canaux restrictifs par la spécificité de leur secteur d’activité : ils ont le sentiment que les candidats potentiels pour le poste proposé gravitent nécessairement dans leur univers professionnel.

 

Les étapes de recrutement d’un cadre sénior sont les mêmes que pour un cadre plus jeune, mais apparaissent souvent longues.

En effet, elles sont ponctuées de plusieurs rencontres visant à multiplier les points de vue sur la capacité du candidat à réaliser les missions qui lui seront confiées : entretiens à distance (téléphonique ou par un système de conférence en ligne), entretiens en face- à-face avec des interlocuteurs différents (le cabinet de recrutement, le ou les managers, le prédécesseur sur le poste à pourvoir, le directeur général pour les plus petites structures ou une personne du service ressources humaines pour les plus grandes… ), vérifications des références…

A noter qu’une chasse faite par un cabinet de chasse coûte en moyenne 15 à 30% du salaire brut annuel pour les profils de cadres seniors expérimentés et que la cooptation est un moyen plus sûr d’être mis en contact avec des personnes que l’on peut qualifier facilement en prenant des références auprès de contacts professionnels déjà connus.

 

Previous post

Notre sondage sur la discrimination raciale au travail relayé par Focus RH

Next post

Un accès à l'alternance facilité pour les chômeurs peu qualifiés