Que ce soit par sa posture ou son attitude, un candidat victime du syndrome de l’imposteur n’est pas convaincant. En effet, il est persuadé de ne pas être en adéquation avec son CV. Ce syndrome se manifeste le plus souvent chez des personnes sur-qualifiées à travers différents symptômes « Manquer de confiance en soi, sous-estimer ses compétences, avoir besoin de reconnaissance, se comparer trop souvent aux autres, associer son succès à la chance, et avoir peur de l’échec », selon Emmanuel Piquemal, ostéopathe et expert en développement personnel.

La recherche d’emploi est la situation la plus propice au développement de ce syndrome, surtout si celle-ci fait suite à un licenciement. En effet, les victimes d’un licenciement peuvent alors commencer à ressentir une perte de confiance et un dénigrement de soi. Cela créée alors des difficultés pour trouver un autre emploi. En outre, on distingue d’autres situations dans lesquelles peuvent apparaître ce syndrome et notamment le harcèlement professionnel, un environnement de compétition excessif, ou encore un isolement au travail.

Comment y faire face ?

Pour combattre le « syndrome de l’imposteur » voici pour vous quelques conseils de spécialistes : Fabienne Alfandari propose notamment de se remémorer son parcours professionnel, en insistant sur les succès et les accomplissements dans ses précédentes expériences pour apprendre à reconnaître ses compétences. Emmanuel Piquemal quant à lui affirme qu’il faut réussir à affronter le problème en assumant l’existence de ce syndrome, pour qu’elle puisse agir : « il faut se documenter, explique l’expert en développement personnel, et faire des exercices comme se filmer pour gagner en confiance, se forcer à prendre plus de responsabilité au fur et à mesure. Il n’y a pas de pilule miracle, ça se travaille et demande du courage. »

De nombreuses idées reçues sur ce syndrome

Étudié pour la première fois en 1978 à l’université de Géorgie à Atlanta auprès d’un échantillon de 150 femmes ayant des postes à haute responsabilité, il est important de ne pas faire de généralité car cela ne veut pas dire que ces dernières sont les plus touchées par le syndrome de l’imposteur. En effet, ce phénomène peut aussi bien toucher les hommes que les femmes. Autre idée reçue, les personnes sur-qualifiées seraient les plus touchées. En effet, les personnes moins qualifiées peuvent également être sujettes à ce syndrome.

Enfin, 70 % des hommes et des femmes auraient déjà douté d’eux-mêmes, mais cela ne veut pas dire qu’ils aient été victimes du syndrome de l’imposteur, comme on peut le voir dans certains articles. Ce chiffre est donc à nuancer car pour être victime du syndrome, il faut avoir connu les 6 symptômes vus précédemment.

Previous post

Que faire après avoir passé un entretien d'embauche ?

Next post

Les 15 métiers les plus recherchés en 2017