Vous êtes-vous déjà retrouvé en train de vérifier en secret Google pour déchiffrer un acronyme utilisé par votre patron? 

Le lieu de travail a fondamentalement changé au cours de la dernière décennie. Il y a de grandes chances que vous soyez bientôt entouré de collègues plus jeunes, si ce n’est pas déjà fait.

Comment pouvez-vous gérer cette dynamique? Voici cinq conseils pour vous aider non seulement à survivre, mais également à prospérer dans un environnement où vos pairs et vos dirigeants pourraient être plus jeune que vous.

  • Aborder les différences de communication:

Nous aimons les courriels et nous supposons que nos collègues également, mais si vous travaillez avec un collègue plus jeune, vous pouvez également être contacté via un texte chargé d’emoji ou invité à discuter de votre projet sur Slack.

Il s’avèrent que 80% des travailleurs d’aujourd’hui affirment  que la principale différence entre les générations sur le lieu de travail réside dans les styles de communication. Si vous êtes le seul à rester accroché à votre boîte de réception, vous êtes peut-être celui qui doit changer.

Si votre responsable n’a pas défini de mode de communication préféré, cette lacune peut entraîner des inefficacités inutiles et des problèmes de mauvaise communication. Le moment est donc venu de poser des questions, d’y répondre et de les adapter. Nous vous suggérons d’interroger votre supérieur sur des sujets tels que la forme de communication qu’il préfère pour les problèmes courants (comme face à face, par téléphone…) à quelle fréquence il souhaite des mises à jour du projet et s’il préfère un résumé de la situation.

  • Ayez un esprit d’apprentissage:

 Si vous avez décidé de vous contenter de vos compétences, vous pourriez être laissé pour compte. Au contraire, rester ouvert aux changement quel que soit votre âge, sera enrichissant. 

Prenons l’exemple d’Emma Martin, employée dans un collège qui avait récemment changé de fonction. Elle attribue la longévité de sa carrière à son état d’esprit de croissance et à sa volonté d’acquérir de nouvelles compétences. En effet, à 58 ans, elle était la seule de son département à suivre une formation et à obtenir de nouvelles certifications pour la rédaction et le coaching de CV.

Cela pourrait se manifester en prenant un cours en ligne sur quelque chose que vous voudriez apprendre plus en profondeur, ou en vous inscrivant pour assister à un conférence et ramener les meilleures pratiques à partager avec votre équipe. Cela peut également impliquer la lecture régulière de nouveaux ouvrages professionnels…

  • Adoptez le “mentorat inversé”:

Pendant des années, le mentorat inversé a été un raccourci pour enseigner aux anciennes générations comment utiliser “Facebook”. Sur un lieu de travail, cela peut revêtir de nombreuses formes, et il vaut la peine de réfléchir même si vos compétences sont pertinentes.

Soyez ouvert à en apprendre davantage sur les stratégies des vos jeunes collègues pour accéder à la boîte de réception zéro ou utiliser des applications pour organiser leurs listes de tâches. Qui sait, vous pourriez peut-être trouver quelque chose de nouveau et d’intéressant d’une source inattendue. 

Le mentorat inversé peut être particulièrement utile si vous êtes dans une industrie avec des clients appartenant à un population plus jeune, car il peut vous aider à apprendre à parler leur “langue”.

  • Rafraîchir vos références :

Si vous ne savez pas quel Kardashian est le magnat de la beauté ou quel diable est un TikTok, vous n’êtes certainement pas seul. Après tout, ces jours-ci, les références culturelles vont et viennent plus rapidement que vous ne pouvez dire “référence culturelle”.

Mais connaître ces informations et s’adapter aux tendances actuelles ne fait as de mal non plus. Cela ne veut pas dire que vous devez s’imprégner de la culture pop pour réussir au travail, mais qu’il faut plutôt trouver des moyens d’améliorer les relations avec vos collègues.

Mise en garde: rappelez-vous que l’utilisation d’un langage qui vous met mal à l’aise, comme demander à un collègue ou à un client de “glisser dans vos DM” peut vous faire paraître le contraire du contact. En cas de doute, choisissez de ne rien dire.

Il en va de même pour les références culturelles qui pourraient activement vous “dater”. Imaginons que vous soyez un amoureux du football américain, si vous rencontrez quelqu’un avec un t-shirt des Mets de New York et que vous lui sortez “Tu es fan des Mets? Je suis allée à la série mondiale en 86, c’était top!” et qu’il vous répond “Oh, c’est l’année de ma naissance”. Leçon apprise: la prochaine fois, il suffit de dire que vous aimez seulement les Mets. Rien de mal à en rester là!

  • Arrêtez les plaisanteries d’autodérision:

Malheureusement, nous pouvons souvent être nos pires ennemis lorsque nous plaisantons sur ce que les choses étaient autrefois “à l’époque”. De plus, être auto-dévalorisant au travail ne convient à personne. Ayez confiance en vous-même, supprimez l’âge de l’équation et vos pairs suivront.

Morale de l’histoire? Si vous vous engagez à être ouvert, flexible et communicatif lorsque vous travaillez avec des générations différentes, vous constaterez peut-être que la dynamique entre jeunes collègues et plus âgés est un remix rafraîchissant et positif de votre vie professionnelle.

Suivez QAPA sur FacebookLinkedIn et Instagram ou rendez vous directement sur qapa.news pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles ! 🚀

Et pour accéder à toutes nos offres direction qapa.fr ou l’application mobile disponible sur Apple et Google Play.

Previous post

9 façons d'impressionner votre patron

Next post

5 tâches qui semblent impossibles quand vous avez une mauvaise journée (et comment les surmonter):