Le 21 mars 2016 a lieu la Journée Internationale pour l’élimination de la discrimination raciale. A cette occasion, Qapa.fr, 1èreplateforme digitale de travail en France, a interrogé* 17.524 personnes afin de connaître les types de ségrégations au travail, à la fois subis ou observés ainsi que leurs conséquences sur l’emploi.

Les différents types de ségrégations

Selon leur sexe, les Français classent différemment les types de discriminations les plus courants en France sur le lieu de travail. Ainsi, 31% femmes considèrent que les discriminations liées à leur sexe sont plus importantes alors que 44% des hommes pensent que la race ou l’origine ethnique les touchent plus (26% pour les femmes). L’âge est également cité par 25% des femmes et 19% des hommes ainsi que le handicap (9% pour les femmes et 15% pour les hommes). A noter que les ségrégations religieuses ou de convictions ainsi que les orientations sexuelles ne sont que faiblement présentes au travail.

discriminations-au-travail

Presque 2 travailleurs sur 3 victimes de ségrégation

Loin d’être un fait inhabituel, la discrimination touche énormément de Français. 67% de femmes et 58% d’hommes ont déjà été victimes de ségrégation au travail.

discriminations-travail

Inégalité des sexes pour les femmes et des races pour les hommes

Les Français ne subissent pas les mêmes discriminations. Ainsi, la gent féminine est davantage touchée par les problèmes liés uniquement à leur statut de femme et 55% subissent une discrimination sexiste. De leur côté, les hommes sont plus sensibles aux ségrégations ethniques ou raciales à plus de 33%.

discrimination-travail

Dénigrement, harcèlement et refus

Pour 32% des femmes, la première conséquence de cette discrimination a été le dénigrement et le harcèlement au travail. De leur côté, 48% des hommes considèrent que la ségrégation a eu un impact sur l’embauche et n’ont pas décroché de contrats de travail.

discrimination-travail

Comment réagissent les Français ?

Face à ces discriminations, beaucoup de Français restent impuissants. Ainsi, 33% des femmes et 45% des hommes avouent n’avoir eu aucune réaction pour contrecarrer des actes de ségrégation. 27% des travailleurs sont contraints de démissionner et seulement 10% des femmes,14% des hommes engagent des procédures de fin de contrat (Prud’homme ou rupture conventionnelle). 10% des femmes se mettent en arrêt maladie et 20% demandent de l’aide à leur supérieur hiérarchique, ce qui n’est pas le cas pour les hommes (respectivement 1% et 6%) qui parfois en viennent à des violences verbales ou physiques (7%).

discriminations-travail

Plus d’1 travailleur sur 2 témoin de discrimination

Les travailleurs sont également les témoins d’actes de ségrégation. 52% des femmes et 58% des hommes avouent avoir assisté à des agissements discriminatoires au travail.

discrimination-travail

Les témoins sont unanimes sur le premier type de discrimination : la race ou l’origine ethnique à 38% pour les femmes et 32% pour les hommes. Paradoxalement, ce n’est pas les cas les plus importants ce qui tendrait à dire que la discrimination subie par les Français reste encore invisible et trop discrète pour être perçue par les autres.

discrimination-travail

Previous post

Les 5 pires choses à dire à un ami au chômage !

Next post

33 000 emplois générés par des investissements étrangers en 2015