Depuis 2011, le coût du travail, constitué pour l’essentiel des salaires bruts (70 % en moyenne) et des charges patronales (30 %), progresse moins vite qu’auparavant en euros courants. En 2015, dans le secteur marchand non agricole, son taux de croissance se stabilise à un rythme proche de 1 % en moyenne annuelle.

Cette modération tient tout d’abord à un contexte de faible inflation et aux mesures récentes qui ont contribué à abaisser les charges patronales : mise en place du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) à partir de 2013 (au taux de 4 % puis de 6 % en 2014), puis dans le cadre du pacte de responsabilité et de solidarité (PRS), baisse en 2015 du taux des cotisations patronales au titre des allocations familiales pour les salaires inférieurs à 1,6 Smic. Enfin, le contexte de chômage toujours élevé continue de peser sur les négociations salariales et le Smic a peu bénéficié de coups de pouce sur la période, ce qui a contribué à modérer la tendance à la hausse des salaires nominaux observée au cours des années 2000.

Previous post

Le salaire net moyen dans la fonction publique recule depuis 2010

Next post

Et si vous deveniez Commercial(e) chez Vérisure (CDI) ?