C’est un fait : la hausse des impôts diminue le niveau de vie des français. En effet, l’Insee affirme que le niveau de vie moyen des ménages a diminué de 0,5% en 2014 dû aux nouvelles mesures sociales et fiscales. Les riches sont les plus touchés, en effet, ce chiffre passe à 0,9% pour les 10% des ménages français les plus riches.

En résumé, ces nouvelles mesures ont pénalisé les 50% des ménages les plus riches et ont épargné seulement les 10% des ménages les plus modestes. A noter également que ces mesures n’ont réduit que de très peu les inégalités entre les classes sociales.

Hausses de l’impôt sur le revenu et relèvement des taux de cotisations

La hausse de l’impôt sur le revenu et le relèvement des taux de cotisations retraites sont les principales causes de cette diminution du niveau de vie. Sans ces réformes fiscales et sociales, les prélèvements obligatoires auraient été plus faibles (-1,9%) et les prestations sociales auraient été un peu plus élevées (+0,1).

La réforme la plus meurtrière a été l‘augmentation des taux de cotisations retraites (2,4 milliards d’euros) qui concerne tous les agents qui cotisent. Cette augmentation a conduit à une perte d’environ 140 euros pour près de 18 millions de ménages, tout en n’ayant aucun impact sur les inégalités.

La hausse de l’impôt sur le revenu est la réforme qui a le plus fortement diminué les inégalités en 2014, en diminuant le revenu disponible des ménages payant un impôt élevé de 1,15 milliard d’euros.

Des dispositifs très contraignants pour la plupart des français

De plus, la mesure sur le plafond de l’avantage fiscal tiré des crédits et réductions d’impôts a été fortement abaissée en 2014. Cette réforme représente un supplément d’impôt d’environ 4 000 euros pour 30 000 familles, qui font pour la plupart partie des 10% les plus aisés.

« La fin de l’exonération à l’impôt sur le revenu de la participation de l’entreprise au financement d’une assurance de santé complémentaire, ajouté à cela la majoration de pension de 10% dont bénéficient 4 millions de ménages retraités ayant élevé au minimum trois enfants », abaissent en moyenne le revenu disponible des ménages concernés de respectivement 390 euros et 130 euros par an, note l’Insee.

L’ensemble de ces réformes n’a réduit que très légèrement les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres. Le niveau de vie moyen des 10% les plus riches est de 6,32 fois supérieur aux 10% les plus pauvres. Sans ces dispositif, ce chiffre aurait été de 6,40%.

Source : le Figaro

Faites-votre-CV-en-ligne-gratuitement

Previous post

Emploi : Un tiers des élèves de prépas se voient entrepreneurs

Next post

10 personnalités riches et célèbres qui ont un jour été "sans abris"