Londres demeure la ville la plus attractive du monde pour les investisseurs internationaux en 2016, malgré l’annonce du Brexit.

La capitale française se porte à merveille

La dernière édition de l’Observatoire des investissements internationaux dans les principales métropoles confirme la bonne santé de notre capitale. Cette étude mesure le nombre d’investissements internationaux créateurs d’activité et d’emplois au sein de chaque métropole pendant la période octobre 2015 – septembre 2016. Elle est réalisée chaque année par Paris-Ile de France Capitale économique, une association de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, et le cabinet de conseil KPMG.

Déjà à la cinquième place en 2015, Paris conserve son rang en 2016, derrière Londres, Shanghai, Hong-Kong et New-York. D’autre part, le classement est identique mais cela ne reflète pas la progression du nombre de projets d’investissement: 126 en 2015, 141 en 2016.

Paris se démarque par son influence dans le secteur des services aux entreprises, avec une quatrième place mondiale. En revanche, «sur les services financiers, il y a un rattrapage important à faire», note Chiara Corazza, directeur général de Paris-Île de France Capitale Économique.

L’étude ne prend pas en compte l’impact du Brexit

Pour la dirigeante de l’association, Paris doit encore progresser pour attirer réussir à attirer les Asiatiques qui représentent seulement 12 % des investissements internationaux de la capitale. «Il faudrait faire un effort pour attirer plus d’investisseurs chinois et indiens», souligne-t-elle. De plus, en 2016, plus de 50%  des investissements internationaux vers Paris ont été d’origine européenne.

«Cette étude ne mesure pas l’effet post-Brexit, insiste Chiara Corazza, car elle s’arrête en septembre 2016». Le classement européen n’a connu aucun changement. En effet, Londres reste leader avec 364 projets d’investissement, Paris se classe deuxième (141 projets), puis arrivent Barcelone (98 projets), Amsterdam (92 projets) et Francfort et Vienne (59 projets chacun).

Selon l’association, Paris pourra profiter du Brexit pour ravir à Londres son titre de première destination des investissements, si la capitale s’améliore sur deux points clé: d’une part la stabilité politique et la sécurité juridique, et d’autre part la perception des coûts liés au travail, taxes et prélèvements.

Previous post

Baromètre de l'emploi Qapa pour les Hauts de France - Janvier 2017

Next post

Baromètre de l'emploi Qapa pour la Nouvelle Aquitaine - Janvier 2017