Lorsque vous envisagez de démissionner, il est préférable d’éviter la casse, aussi bien pour vous que pour l’entreprise. Essayez de rester en bons termes et en assurant la passation correctement et en prévenant l’entreprise le plus tôt possible.
Une fois que votre nouvelle proposition d’embauche est entre vos mains, prévenez directement votre responsable ainsi que votre DRH. Il est préférable qu’ils apprennent votre départ de votre personne que par un tiers. Ils pourraient mal le prendre et la négociation de votre départ sera sûrement plus délicate. Dans un premier temps, annoncez la nouvelle oralement avant de passer par une lettre de démission écrite. Vous devez la plupart du temps adresser ce courrier en recommandé avec accusé de réception.

Expliquez les raisons de votre départ de l’entreprise

Afin que ce départ ne soit pas perçu comme une trahison, montrez à votre responsable que votre futur job représente une véritable opportunité et qu’elle est très importante pour la suite de votre carrière et pour votre épanouissement professionnel. Dîtes lui que vous avez réfléchi longuement et que votre décision est déjà prise.

Prenez garde à vos arrières avant de démissionner

Essayez de garder votre calme tout au long de cette démarche. Vous croiserez sûrement à nouveau vos collègues dans le futur et ils seront peut-être vos prochains clients, fournisseurs ou prestataires. Gardez toutes les portes ouvertes et montrez votre implication quant à la passation de pouvoir et votre volonté de former votre remplacent pour qu’il soit opérationnel le jour de votre départ.

Votre préavis est négociable

La durée de votre préavis est fixée par la convention collective, les usages de votre profession ou par votre contrat. Elle reste toutefois négociable. A contrario, le refus d’effectuer votre préavis pourrait se solder par le versement de votre part d’une indemnité à votre employeur pour « brusque rupture ». En conservant de bonnes relations, vous vous placez en bonne position pour partir dans les meilleures conditions. C’est du donnant-donnant. Si vous acceptez d’aider votre responsable, il devrait se montrer enclin à vous laisser partir plus rapidement.

Que choisir ? Démission ou rupture conventionnelle ?

Vous souhaitez quitter votre entreprise mais n’êtes pas certain de retrouver un poste immédiatement ? Négociez une rupture conventionnelle avec votre employeur : cet accord amiable est distinct du licenciement et de la démission. Gros avantage : il ouvre droit au versement d’une indemnité de rupture et à l’indemnisation par les Assedic. Son principe est simple : vous convenez avec votre employeur des conditions de la rupture du contrat de travail, qui donne lieu à la signature d’une convention. Celle-ci doit mentionner le montant de l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle, qui ne peut être inférieur à celui de l’indemnité légale de licenciement. Ces deux indemnités doivent être supérieures à 1/5e de mois de salaire par année d’ancienneté, montant auquel s’ajoutent 2/15e de mois par année après 10 ans d’ancienneté.

Previous post

5 exemples d'un manque de confiance qui vous décrédibilisent au travail

Next post

les meilleures citations du sélectionneur français Didier Deschamps