Depuis le 25 novembre 2016, en cas de conciliation entre le salarié et l’entreprise, le conseil de prud’hommes dispose d’un barème pour déterminer le montant des indemnités à verser en cas de licenciement d’un salarié.

C’est la première fois qu’un barème de ce type existe et les indemnités vont de 2 mois de salaire pour moins d’un an d’ancienneté jusqu’à 2 ans de salaire pour un salarié avec plus de trente ans d’ancienneté.

Voici donc ce barème,   :

  • deux mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté inférieure à un an ;
  • trois mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté au moins égale à un an, auxquels s’ajoute un mois de salaire par année supplémentaire jusqu’à huit ans d’ancienneté ;
  • dix mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté comprise entre huit ans et moins de douze ans ;
  • douze mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté comprise entre douze ans et moins de quinze ans ;
  • quatorze mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté comprise entre quinze ans et moins de dix-neuf ans ;
  • seize mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté comprise entre dix-neuf ans et moins de vingt-trois ans ;
  • dix-huit mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté comprise entre vingt-trois ans et moins de vingt-six ans ;
  • vingt mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté comprise entre vingt-six ans et moins de trente ans ;
  • vingt-quatre mois de salaire si le salarié justifie chez l’employeur d’une ancienneté au moins égale à trente ans.

 

 

Previous post

1 salarié sur 6 dans l'Union européenne est un travailleur à bas salaire

Next post

Les recruteurs préfèrent les candidats qui parlent Allemand à Espagnol !