Vendredi 30 octobre, par Ralph Bechani, journaliste à l’Atelier de l’Info sur Le Monde.fr

 

Il faudra donc attendre la dernière année du mandat de François Hollande, en 2016, pour voir à priori la courbe du chômage s’inverser, en France selon l’Unedic. L’organisme qui est en charge de la gestion des demandeurs d’emplois table désormais sur un nombre de chômeurs en baisse « symbolique » dès l’an prochain et non à la fin de cette année. Les effectifs de la seule catégorie A diminueraient ainsi de 51.000 chômeurs.

Il s’agirait de la première année de baisse depuis 2007, juste avant la crise financière mondiale.

Dans le détail, Pôle emploi devrait ainsi recenser, d’ici à la fin de l’année, 8.900 demandeurs d’emploi sans activité (catégorie A) de moins sur ses listes, soit une quasi »stabilisation ». Sur l’ensemble de l’année 2015, le nombre de chômeurs augmenterait de 62.000 personnes, après 189.000 en 2014.

 

Le taux de chômage devrait rester stable à 10,0% de la population active d’ici à la  fin de l’année, puis baisser à 9,7% fin 2016. FIn août il a atteint un record avec 3,57 millions de chômeurs en métropole.

 

Cette semaine, les chiffres de septembre 2015 montrent que ces prévisions sont cohérentes. Le mois dernier, le chômage a ainsi reculé en France pour se situer à son plus bas niveau depuis avril et même depuis août 2012 chez les jeunes, selon les chiffres publiés par le ministère du Travail. Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A (sans aucune activité) a diminué de 0,7% soit 23 800 personnes. Il y a fin septembre, au total , 3 547 800 chômeurs en métropole. Il s’agit là de la plus forte baisse sur un mois depuis septembre 2007.

 

Création d’emplois au second semestre 2016 ?

Par ailleurs, dans cette étude publiée cette semaine par l’Unedic, on apprend aussi que l’économie créera des emplois au second semestre de l’an prochain « sous les effets conjoints de l’amélioration de la croissance, du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et du pacte de responsabilité ».

 

S’agissant de la croissance la perspective est légèrement plus optimiste que celle du gouvernement : 1,2 % en 2015 et 1,5 % en 2016.
Previous post

Palmarès des villes françaises où il fait bon travailler : Bordeaux en tête

Next post

20 petites choses à faire pour vous rapprocher du job de vos rêves