La crise est là, la croissance ne repart pas et la déflation s’installe en France. Conséquence, le moral des entreprises et des patrons est au plus bas et les perspectives de recrutement sont en berne pour le 3ème trimestre 2014 même si certains emplois restent pénuriques avec plus d’offres d’emploi que de candidats avec les compétences recherchées.

 

La croissance ne repart pas

Sous l’influence de la baisse du commerce mondial, la demande extérieure adressée à la France, et donc les exportations, continuent de reculer. La demande intérieure restee trop faible pour compenser l’atonie de la demande mondiale. Dans ce contexte de ralentissement des exportations, de recul de la demande intérieure et de repli de l’investissement total, l’INSEE a donc annoncé une stagnation de l’activité en France au premier trimestre 2014, qui se confirme au deuxième trimestre.

 

Le moral des entreprises est au plus bas

Dans ce contexte, près des deux tiers des entreprises (63 %, soit + 4 points) jugent que leur situation économique est la même qu’il y a un an. Elles sont 17 % (-10 points) à avoir vu leur situation économique se dégrader depuis un an. Les entreprises les plus optimistes de ce point de vue sont celles des activités informatiques et de l’industrie qui sont respectivement 31 % et 28 % à juger que leur situation économique s’est améliorée depuis un an. A l’opposé, les entreprises du secteur de la construction et de l’ingénierie-R&D déclarent plus souvent que leur situation économique s’est dégradée qu’améliorée : respectivement, 23 % et 12 % pour les premières et 25 % et 20 % pour les secondes (source APEC).

 

Les perspectives de recrutement

Par rapport au trimestre précédent, les entreprises se montrent plus prudentes dans leurs prévisions, avec 48 % d’entre elles qui envisagent de recruter au moins un cadre au cours du troisième trimestre 2014, soit un point de moins qu’au même trimestre 2013. Un peu plus des deux tiers d’entre elles sont certaines de transformer ces intentions en recrutements, à un niveau équivalent à celui observé il y a un an à la même période. Pour les entre- prises qui n’envisagent pas de recruter au prochain trimestre, le manque de départs (turn-over ou départs à la retraite) est le frein principal pour 55 % d’entre elles.

Le secteur des activités informatiques présente le plus haut niveau d’intentions de recrutement de cette dernière vague du baromètre avec plus de 9 entreprises sur 10 – proportion stable – qui envisagent de recruter au moins un cadre au troisième trimestre 2014. Avec 50 % d’intentions de recrutement, le secteur de l’industrie enregistre la plus forte progression de cet indicateur, +6 points par rapport au troisième trimestre 2013. A l’opposé, ce sont les entreprises de la construction qui se montrent les moins optimistes, puisque 33 % d’entre elles envisagent de recruter au prochain trimestre, soit une chute de -11 points en un an.

46 % des entreprises qui recrutent avancent le turn-over et les départs à la retraite comme explication principale de leurs recrutements de cadres, soit une légère baisse de 3 points en un an. Le secteur médico-social, dont les recrutements sont très majoritairement motivés par des remplacements, est celui qui avance le plus cette explication (75 %). De même, dans le commerce-transport et la construction, ce sont la moitié des entreprises qui indiquent que le remplacement des départs est la principale motivation des embauches prévues. Ensuite, la part des entre- prises déclarant que leurs recrutements sont d’abord liés au développement de l’activité est stable par rapport à la même période que l’an passé pour s’établir à 28 %. Il convient toutefois de noter que dans le secteur des activités informatiques, plus de 6 entreprises sur 10 avancent le développement de l’activité comme motif principal de recrutement, ce qui témoigne d’un fort dynamisme pour ce secteur important pourvoyeur d’emplois cadres. Concernant la réorganisation interne, la part des recrutements de cadres au troisième trimestre 2014 est en légère baisse (-1 point) par rapport au troisième trimestre 2013.

 

Les postes les plus recherchés par les recruteurs

Les cadres commerciaux restent les profils les plus recherchés par les entreprises. 46 % des entreprises qui envisagent de recruter des cadres au troisième trimestre 2014 ciblent la fonction commercial-vente, soit une augmentation de 6 points par rapport au troisième trimestre 2013. Les cadres des fonctions gestion-finance-administration et études-R&D, sont quant à eux recherchés par près d’une entreprise sur trois qui prévoit de recruter. Par rapport à l’an passé à la même période, on peut noter une hausse des prévisions de recrutement de cadres dans ces deux fonctions (respectivement +5 points et +4 points). En revanche, en lien avec des recrutements « moins nombreux » que l’an passé à la même période dans les secteurs ingénierie-R&D et activités informatiques, les cadres informaticiens sont moins recherchés (22 % contre 28 %, soit une baisse de 6 points) que l’an passé à la même période.

 

Previous post

Mes conseils pour perfectionner votre CV

Next post

L'offre d'emploi du jour : Responsable marketing pour Petzl