Cet article est paru le 10 Septembre 2014 chez notre partenaire Courriercadres.

Pour la troisième année, le cabinet l’Indicateur de la franchise et la Caisse d’épargne proposent une photographie du secteur de la franchise à travers leur baromètre annuel. Parmi les principaux enseignements retenus : les franchisés sont globalement satisfaits de leur activité, même si quelques aménagements restent à mettre en place notamment en termes de communication et d’entraide.

L’édition 2014 du “Baromètre Indicateur de la franchise – Caisse d’épargne” met en avant une certaine satisfaction des franchisés vis-à-vis de leur activité, avec un taux proche de 82 % en hausse de 2 points par rapport à l’année 2013.

Des franchisés heureux
“L’autre surprise de ce baromètre concerne le moral des franchisés, se félicite Florent Lamoureux, directeur du marché des professionnels au sein du groupe BPCE. Malgré la crise, le moral est plutôt très bon pour 88,6 % d’entre eux en 2014, contre 83 % en 2013. L’indicateur met aussi en avant une bonne relation des franchisés avec la tête de réseau. Ils sont 93 % à en être satisfaits.

L’entraide, une notion à revoir
Quelques points noirs sont cependant sont à mettre en avant concernant la performance du réseau, l’entraide ou le service apporté aux franchisés. 2 professionnels interrogés sur 5 ont mis près d’un an avant de dégager des bénéfices en 2014 et 27 % n’ont pas encore atteint ce stade. Par ailleurs, l’appréciation et l’entraide entre les franchisés stagnent avec un taux de satisfaction qui n’atteint que 45 % et en fait l’un des chiffres les plus bas du baromètre.

Le franchisé 2014
Ce dernier nous dresse également le portrait du franchisé 2014. On apprend, en premier lieu, qu’il est plutôt optimiste. 90 % des franchisés interrogés se déclarent confiants en l’avenir. 68 % sont des hommes et ils sont 67 % à avoir entre 38 et 57 ans. Pour 71 % d’entre eux, ils sont les seuls gestionnaires à la tête de leur unité. Pour la plupart, ils ont fait des études courtes. 65 % ont un niveau Bac + 2 maximum. L’étude met également en avant le fait que 75 % des franchisés travaillaient dans un secteur d’activité différent de celui dans lequel ils ont choisi de se lancer en franchise.
D’autre part, 67 % des personnes interrogées ont démarré avec un apport initial inférieur à 50 000 euros et 1 franchisé sur 2 réalise un chiffre d’affaires supérieur à 200 000 euros.

 

Previous post

L'offre d'emploi du jour : Country manager pour Wengo à Paris

Next post

L'offre d'emploi du jour : Second de cuisine pour Compass Group France