Qapa.fr, 1ère plateforme digitale de travail en France, a interrogé* 18.150 personnes afin de savoir si les Français étaient capables d’être injurieux envers eux-mêmes et leurs collègues. Des résultats qui montrent que les Français sont bien loin d’avoir un langage châtié sur leur lieu de travail.

Les hommes plus grossiers que les femmes

Si l’erreur est humaine, les injures aussi ! En effet, lorsqu’un Français se trompe au travail, les grossièretés deviennent machinales. Ainsi, 80% des hommes profèrent des grossièretés (27% à chaque fois et 53% de temps en temps) et 58% des femmes également (6% à chaque fois et 52% de temps en temps). Seulement 20% des hommes déclarent être corrects en toutes circonstances et 42% pour la gent féminine.

français-grossiers

« Et M…. » !

S’il est difficile de maitriser son vocabulaire, certains « noms d’oiseaux  » sont tout de même privilégiés par les Français. Ainsi, « merde » arrive en première place des injures machinalement proférées à 33% pour les femmes et 45% pour les hommes. En deuxième position se retrouvel’invective « putain » davantage exprimée par les femmes (24%) que les hommes (20%).

français-grossiers

Etre grossier(e), est-ce utile ?

Le fait est que les Français ne sont nullement soulagés par leurs injures. En effet, seulement 42% des femmes et 37% des hommes se disent soulagés. Ainsi, 58% des femmes et 63% des hommes considèrent que cela ne sert strictement à rien.

français-grossiers

Moins grossier(e)s envers les autres…

Quand un ou une collègue fait une erreur ou cause du tord à une autre personne, les Français semblent avoir plus de retenue. Ainsi, seulement 24% des femmes sont grossières à son égard (3% à chaque fois et 21% de temps en temps) et 37% des hommes (1% à chaque fois et 36% de temps en temps). La grande majorité des femmes (76%) et des hommes (63%) fait donc preuve de plus de délicatesse et de courtoisie envers leurs collègues de travail.

français-grossiers

Sauf si c’est mérité !

Fait surprenant, les personnes qui déclarent être grossières envers un collègue au travail sont moins nombreuses à le regretter par la suite. En effet, 40% des femmes ne déplorent jamais avoir été injurieuses ainsi que 37% des hommes. Heureusement, l’honneur est sauf puisque 60% des femmes se reprochent de l’avoir fait (18% à chaque fois et 42% de temps en temps) et 63% des hommes également (33% à chaque fois et 30% de temps en temps).

français-grossiers

*Méthodologie et profils

Qapa.fr a interrogé 18.150 personnes sur le réseau social Facebook durant la période du 1er au 10 avril 2016. Les personnes interrogées ont été divisées par quotas afin d’être représentatives de la population nationale française, âgées de 18 ans et plus et réparties sur l’ensemble du territoire. Genres : 53% de femmes et 47% d’hommes.

Qapa a également croisé ces données en interrogeant par email sa base d’employeurs (commerçants, artisans, TPE, PME, grosses entreprises) représentative de tous les secteurs d’activité en France métropolitaine et sa base de plus de 4 millions de candidats. Parmi ces candidats, 65% d’entre eux sont des non-cadres et 35% sont des cadres. Répartition : 54% de femmes et 46% d’hommes.

Previous post

La redoute tire au sort les employés qui travailleront le soir !

Next post

Vers un revenu minimum d'existence de 400 euros par mois ?