Les entreprises françaises commencent à aller mieux mais la reprise reste lente…

Le taux de marge des entreprises augmente

Le taux de marge des entreprises se redresse. En effet, au deuxième trimestre de 2015, il a atteint 31,1%, soit deux points de plus que l’année précédente. Cette augmentation est liée à la mise en place du pacte de responsabilité, et notamment du crédit d’impôt compétitivité-emploi. «En outre, la capacité des entreprises à s’autofinancer est au plus haut depuis 2006», souligne une étude. De plus, «92% des PME obtiennent les financements souhaités, alors que les coûts liés tendent encore à diminuer», ajoute la Coface. Elle note également que les défaillances d’entreprises devraient diminuer de 2,5% en 2015, après un recul de 2,8% en 2014. Pour finir, les entreprises industrielles réussissent à davantage utiliser leur outil de production : en effet, le taux d’utilisation des capacités de production est passé de 75% fin 2013 à 77,8% à fin octobre 2015.

La reprise est là mais reste très faible après tant d’années de crise

L’ensemble de ces résultats poussent donc favorablement l’investissement des entreprises qui est en hausse de 0,3% au deuxième trimestre. Mais la Coface nous rappelle tout de même que la reprise de l’investissement reste limitée comparé aux autres pays européens et aux précédentes périodes en France.

Il explique ce constat par le fait que les usines ne tournent pas à plein régime. En effet, même si les outils de production sont mieux utilisés, le taux d’utilisation des capacités de production n’a pas retrouvé son niveau d’avant crise, soit 84% en 2007. De plus, la consommation des ménages progresse mais à un niveau inférieur à celui de la période 2003-2007 (1,6% contre 2,1%).

«Plus qu’un besoin de répondre à la demande, les motivations des industriels à investir révèlent davantage un vieillissement de l’appareil productif français. C’est pourquoi nous restons prudents quant à la pérennité de la reprise», concluent les experts de Coface. A noter également que le secteur de la construction reste en rade. Dans ses prévisions antérieures au attentats du 13 Novembre, le groupe  table sur une croissance économique de 1,1% en 2015, puis de 1,4% en 2016. Des prévisions qui sont à peu près similaires avec celles de Bercy (1% en 2015 ; 1,5% en 2016). Même si la reprise est là, elle reste très faible après tant d’années de crise.

Faites-votre-CV-en-ligne-gratuitement

Previous post

Les conseils d'Ernesto Suarez pour se lancer dans l'entreprenariat

Next post

Selon ADP, le chômage devrait diminuer avant la fin de l'année