Primaires en France, élections aux Etats-Unis, les périodes électorales ont-elles un impact sur l’emploi ?

« L’incertitude des employeurs quant aux conséquences économiques que peuvent avoir les élections aussi bien en France qu’à l’étranger, se traduisent réellement dans les faits et ont donc un impact immédiat sur l’emploi. Nous pouvons clairement le voir lorsque nous analysons une même période mais sur deux années différentes. Si les recruteurs y sont sensibles, de leur côté les candidats semblent moins se préoccuper de la situation et ne changent pas grand chose d’une année sur l’autre ».

Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr

Chute des CDI pendant les élections

Pour les candidats, les périodes électorales ne semblent pas avoir un grand impact sur les types de contrats qu’ils recherchent. Excepté pour les contrats saisonniers qui par rapport à 2015 ont fortement chuté, l’intérim, les CDD et les CDI n’enregistrent qu’une très légère augmentation. En revanche, tout bascule du côté des recruteurs. En effet, alors que les CDI représentaient 72% des contrats proposés par les employeurs en 2015, ils ne sont plus qu’à 48% en 2016. Cette chute se fait au bénéfice de l’intérim qui augmente de 20% en 2015 à 29% en 2016 ainsi que pour les CDD qui passent de 3% en 2015 à 16% en 2016.

barometre-election

Le secteur de l’industrie toujours N°1

Même si le secteur de l’industrie baisse légèrement en 2016, il reste à la première place avec 10% des offres d’emploi du marché. En revanche, c’est l’hôtellerie / Restauration qui prend la deuxième place en 2016 avec 10% (8% en 2015) juste devant le secteur du Commerce et de la vente (8% en 2016) qui était déjà dans le classement de tête en 2015.

barometre-emploi

Des propositions des recruteurs différentes

De septembre à octobre 2016, les candidats recherchent les mêmes postes qu’en 2015, même si les pourcentages différent sensiblement. En revanche, de nouvelles propositions sont faites du côté des recruteurs, les postes d’assistant(e) administratif(ve) apparaissent. Faits nouveaux également, les recherches de comptables (9%) de restaurateurs (7%), de commercial(e) (4%) et de manutentionnaire explosent et arrivent dans le classement de tête.

barometre-emploi

Encore plus de compétences bureautiques demandées

Pour les compétences possédées par les candidats et recherchées par les recruteurs, pratiquement rien ne change entre 2015 et 2016. Seul fait notoire : l’utilisation des outils bureautique augmentent chez les recruteurs (8% en 2015 et 11% en 2016) mais stagne chez les candidats (8% en 2015 et 2016).

baromètre-emploi

Une demande plus forte de diplômes supérieurs

Les candidats sont de moins en moins en adéquation avec les niveaux d’études demandés par les recruteurs et ceux qu’ils peuvent proposer. Ainsi, les CAP/BEP sont encore moins demandés par les recruteurs (13% en 2016 contre 20% en 2015), ainsi que le niveau BAC (11% en 2016 contre 19% en 2015). En revanche, les recruteurs recherchent davantage de BAC+2 (32% en 2016 contre 27% en 2015) et de BAC+5 (12% en 2015 et 26% en 2016).

barometre-emploi

Méthodologies : Qapa.fr a analysé et comparé les données des offres et demandes d’emploi de septembre à octobre pour les années 2015 et 2016, toutes fonctions confondues, déposées par les employeurs (commerçants, artisans, TPE, PME, grosses entreprises) et par les demandeurs d’emploi.

Pour 2015, Qapa s’est basé sur l’analyse de 150 000 offres d’emploi et sur les données de plus de 3 millions de candidats (51% non-cadres et 49% cadres).

Pour 216, Qapa s’est basé sur l’analyse de 450 000 offres d’emploi et sur les données de plus de 4,5 millions de candidats (50% non-cadres et 50% cadres).

Previous post

Les stages servent-ils vraiment à quelque chose ? Qapa dans Les Echos Start

Next post

Info : Moins de créations d'entreprises en octobre