Rester optimiste
Par Katia Kermoal, psychologue du travail, naturopathe

Capture d’écran 2015-04-09 à 09.47.13

Diplômée d’un DESS de psychologie à Paris V, Katia Kermoal accompagne depuis de nombreuses années des personnes en difficultés professionnelles ou qui souhaitent donner une nouvelle orientation à leur carrière. Katia est aussi diplômée de naturopathie, cet art de préserver son capital santé par des méthodes naturelle, et notamment par l’alimentation. Installée à Paris comme psychologue-naturopathe, Katia aide ses clients à rester et à se sentir en bonne santé.

Il n’y a pas un jour sans que la crise économique et ses plans de licenciements ne soient évoqués dans les médias. Vous êtes au chômage, il est donc facile de se projeter dans cette réalité, bref, de succomber à la morosité ambiante. Voici quelques trucs pour rester positif.

Ne vous laissez pas intoxiquer par la crise

Être au chômage est d’abord une histoire personnelle. Votre situation ne sera pas comparable à celle d’un autre chômeur ayant le même métier que le vôtre. Si on est tous un numéro à Pôle emploi, ce n’est pas une raison pour penser que votre destin sera le même que celui de votre voisin. Votre situation est unique et les leviers pour vous en sortir seront les vôtres. Rester optimiste, c’est donc se concentrer sur sa propre réalité sans se laisser intoxiquer par les grandes tendances mises en avant dans les médias ou les témoignages de votre entourage.

Exercez votre droit d’inventaire

Le chômage donne lieu à un inventaire que vous devez impérativement faire. Dans quelle situation suis-je ? Ai-je assez de visibilité ? Qu’elles sont actuellement mes contraintes incontournables? Qu’elles sont mes ressources financières ? Sur quelles personnes puis- je m’appuyer? Qu’elles sont les éléments futiles dans mon mode de vie ? Où puis-je faire des économies ? Vous ne pouvez en aucun cas laisser ses questions sans réponse, car elles vous permettront par la suite de garder la confiance que vous avez en vous.

Faites vous plaisir

La mise en place de méthode rigoureuse de gestion de votre budget ne doit pas exclure les plaisirs que vous souhaitez conserver pour vous et votre famille. En parler à votre entourage proche vous permettra de le mettre en œuvre facilement. L’important est de savoir où mettre le curseur et d’éviter les excès en négatifs ou en positifs.

Relativisez les vraies valeurs

En période de chômage, les parents sont inquiets de ne pouvoir conserver le même niveau de vie à leurs enfants. Car de fait, le niveau de vie est souvent associé à la quantité de ce qui est consommé. Heureusement, la qualité de la vie n’est pas proportionnelle à la quantité de ce que nous consommons. Plus que l’argent, ce qui compte, c’est l’amour et l’attention que l’on porte à ses enfants.

Apprenez à vous aimer

Rester optimiste, c’est aussi apprendre à s’aimer. Et s’aimer c’est reconnaître ses qualités, ses valeurs, ses aspirations et tout ce qui vous permet de décrocher la lune. Si vous avez du mal à répondre à ces questions, demandez à votre entourage personnel et professionnel ce qu’ils apprécient en vous. Il est important, en effet, de rechercher dans votre vie les situations vécues qui illustrent qui vous êtes et de les ancrer dans votre mémoire. En fermant les yeux, vous essayez de visualiser la scène en y associant une sensation de bonheur, de plaisir, de courage, de fierté… Ces scènes seront alors des points d’ancrages de vos forces et convictions. En cas de doute ou de passage à vide, laissez-vous accompagner par ces visualisations.

Passionnez-vous !

Le chômage peut aussi être une libération. Si votre métier n’était pas forcément votre tasse de thé, changez en, c’est le moment ! Le chômage devient une porte la porte ouverte vers tous les possibles: trouver un nouvel emploi mieux adapté, changer de secteur, suivre une formation pour acquérir une nouvelle compétence ou métier, créer sa propre entreprise…

À l’occasion d’un bilan professionnel ou d’un processus d’accompagnement à la recherche d’emploi ou de votre propre travail d’introspection, vous serez probablement surpris des talents cachés qui sommeillent en vous. Laissez-les s’exprimer…

Seule condition si vous changez de métier : donnez vous les moyens, définissez une stratégie, ce qui vous donnera d’ailleurs l’occasion de vous projeter dans du positif… Mais la passion ne peut être un tremplin qu’après avoir intégré les contraintes d’un nouveau métier.

Se relaxer

L’anxiété est votre principal ennemi. Elle menace à la fois votre moral mais aussi par voie de conséquence votre santé. Notre monde actuel ne facilite pas les choses et nous sollicite continuellement dans un état anxiogène. Pourtant, si nous confrontions toutes les situations stressantes de nos ancêtres, nous nous apercevrions qu’elles étaient beaucoup plus nombreuses et souvent mortelles.

Notre monde est stressant mais beaucoup moins dangereux.

Réapprenez à conserver votre calme. Essayez d’être serein dans toutes les situations et ne cédez jamais à la panique. Le stress empêche de réfléchir correctement et fait baisser considérablement vos performances. Plus vous serez dans une attitude posée plus vous serez à même de bien réagir. Il faut donc avoir une attitude ouverte face à l’incertitude de votre avenir.

Essayez de vous initier à des petites séances personnelles de relaxation en combinant votre respiration, à la détente de vos muscles et à la méditation. Un exercice très simple consiste à se concentrer sur sa respiration et faire gonfler son ventre quand on inspire, vous verrez au bout de 5 minutes vous serez déjà plus détendu !

Profitez aussi des associations sportives qui proposent des cours gratuits ou très peu chers.

Bien réfléchir

L’organisation de votre vie commence par une prise de recul afin de bien réfléchir à ce que vous voulez vraiment et comment l’atteindre.

Faire le point

Au cours de votre vie, vous avez accompli des milliers de choses, positives ou négatives.

Faites une liste des événements marquants. Cette réflexion vous permettra de mettre en lumière vos points forts et vos points faibles.

Ecrivez tout sur papier et ne vous restreignez pas. Même si le fait d’avoir eu votre première étoile au ski à l’âge de 12 ans ne vous semble pas pertinent de prime abord, c’est une victoire que vous ne devez pas omettre et que beaucoup n’ont pas réussi à avoir.

De plus, l’analyse de vos atouts et faiblesses vous donnera également la liste des armes et outils à votre disposition pour réagir efficacement lorsque vous devrez le faire.

Conseil pratique : Notez chaque jour un de vos succès passés et une des qualités que vous avez.

Que voulez-vous vraiment ?

Pour que les choses soient parfaitement claires dans votre esprit, il est important de les poser par écrit. Lister sur une feuille de papier tout ce que vous voulez changer ou améliorer dans votre vie.

Une fois que vous aurez énuméré tout ce que vous voulez faire évoluer, classez les par ordre de faisabilité et de priorité : les plus simples en premier jusqu’à celles qui vous demanderont plus d’effort. Puis, planifiez-les dans votre calendrier avec des échéances plus ou moins courtes mais toujours réalistes. Faites un suivi régulier de toutes ces actions et adaptez votre planning en fonction des imprévus ou des changements.

Réflexion = connexion

Depuis votre enfance, on vous a répété de « réfléchir » avant d’agir sans pour autant vous expliquer comment !

La première des choses à faire pour bien réfléchir est de relier votre problème à une situation que vous avez déjà résolue par le passé. Cette mise en relation avec vos souvenirs vous permettra de faire travailler votre mémoire et de passer en revue les solutions que vous possédez déjà.

La réflexion passe également par l’évocation mentale mais également auditive et visuelle. Vous devez essayer de ré-entendre et de re-voir dans votre esprit ce problème et les solutions qui y étaient liées.

Les étapes pour bien réfléchir :

  • Clarifier les termes du problème de façon mentale, auditive (en l’énonçant à haute voix) et visuelle (en l’écrivant sur papier).
  • Se remémorer les souvenirs et expériences passés sur un thème équivalent, proche ou qui peut être adapté à la situation.
  • Imaginer : laisser libre cours à votre imagination pour tester mentalement des solutions totalement improbables ou surprenantes.
  • Changez d’angle : mettez-vous à la place de celui qui pose le problème et qui tente de l’expliquer à la personne qui écoute. Le simple fait de changer de point de vue peut vous faire entrevoir une solution.
  • Cherchez des exemples pour définir le problème. Plus vous en trouverez, plus les solutions s’offriront à vous.
  • Laissez-vous le temps : inutile de vouloir trouver dans la seconde. Si la nuit porte conseil, c’est effectivement pour vous permettre de ne pas bloquer votre esprit et de le laisser fonctionner sans entraves, suffisamment et calmement.
Previous post

Apprendre à garder confiance en soi quand on est au chômage

Next post

Baromètre de l'emploi Qapa en région Haute-Normandie