Selon le Baromètre Idinvest Partners/Le Figaro réalisé par Viavoice, plus de 50% des allemands se disent motivés pour créer leur entreprise, contre seulement 30% des français.

 

Des exemples de succès d’entreprenariat en France

Il est possible d’entreprendre en France, comme nous le démontre Jean-Baptiste Rudelle (Critéo), Marc Simoncini (Jaïna Capital), Xavier Niel (Free), Jacques-Antoine Granjon (Vente-Privée), ou encore Frédéric Mazzella (Blablacar). Malgré ces formidables réussites et une floraison d’initiatives (cours dans les écoles de management ou d’ingénieurs pour encourager l’entreprenariat, par exemple), les français ne se motivent que très peu pour monter leur entreprise.

Les français sont pessimistes pour l’avenir

30 % des Français ont envie de monter une entreprise contre 44 % des Britanniques et 56 % des Allemands. Ils étaient 34 % en avril et 37 % en novembre 2014. «Je suis frappé par l’importance de l’écart entre la France et l’Allemagne. Le constat est rude», déclare Christophe Bavière, président du directoire du fonds d’investissement Idinvest Partners. On observe que les aspirants français à l’entrepreneuriat sont beaucoup moins confiants en l’avenir que les Allemands et les Anglais.

 

Faites-votre-CV-en-ligne-gratuitement

Previous post

Emploi : le Baromètre Qapa pour la région PACA - Octobre 2015

Next post

Mark Zuckergerg va prendre un congé paternité de deux mois