« On est payés à coup de lance pierre », « L’intérim concerne seulement les emplois non qualifiés ». Le secteur de l’intérim grandit de plus en plus en France et est en plein changement. Cependant, cela reste un secteur qui est assez mal connu du grand public et beaucoup de personnes se font des idées fausses sur l’intérim. L’heure est venue de comprendre ce qu’est vraiment l’intérim.

Voici les 10 préjugés les plus courants sur l’intérim.

1# Les offres d’intérim sont seulement des emplois non qualifiés

Les secteurs recruteurs historiques de l’intérim (industrie, logistique, transport) ne sont plus seuls. De nouveaux secteurs se sont ouverts au monde du travail temporaire. Par exemple, avec la pandémie, beaucoup de postes dans la santé (infirmier, aide-soignant…) ou dans le tertiaire ont été créés.

Ensuite, les offres d’intérim ne concernent pas seulement des emplois non qualifiés. Les agences d’intérim proposent dorénavant de plus en plus de postes de comptables, chef de projet… La demande de travailleurs temporaires a augmenté et des offres sont désormais disponibles dans toute la France.

2# L’intérim n’est pas un choix

Travailler en intérim n’est pas forcément péjoratif face à un emploi en CDD ou en CDI. Bien au contraire, être intérimaire permet d’avoir une grande flexibilité. C’est le type de travail idéal pour les personnes qui souhaitent se reconvertir professionnellement ou pour d’autres personnes qui cherchent un petit boulot pour toucher un complément de revenu. Vie personnelle et professionnelle s’équilibrent ainsi plus facilement, puisque les durées des missions sont très variées.

De plus, trouver un travail intérim est bien plus rapide et simple que de décrocher un CDD ou CDI. Par exemple, pour les jeunes diplômés ou les personnes avec peu d’expérience, c’est la solution la plus rapide pour entrer sur le marché de l’emploi et se faire ses premières expériences. C’est aussi utile pour sortir du chômage et retrouver la vie active.

3# Intérimaire rime avec précaire ?

Le droit du travail Français est très strict et l’intérim est très encadré. Les intérimaires sont donc protégés par le code du travail. En plus, il y’a de nombreux avantages à l’intérim : des aides pour trouver un logement avec le FASTT (Fonds d’Action Social du Travail Temporaire), pour devenir propriétaire d’un véhicule ou encore pour garder les enfants pendant les missions.

Les préjugés ont bon train et de nombreuses personnes pensent encore que l’intérim est synonyme de précarité. Pourtant, les salariés intérimaires touchent des congés et des indemnités de fin de mission et bénéficient même du comité d’entreprise. C’est pourquoi le salaire d’un intérimaire est souvent plus élevé que celui de ses collègues en CDI au même poste et dans la même société.

4# Les agences d’intérim, c’est contraignant

De nouvelles agences voient le jour et les acteurs traditionnels font face à une concurrence sévère. Depuis plusieurs années, les agences d’intérim digitales, comme QAPA, ont imposé leur modèle. Ces agences 2.0 séduisent autant les intérimaires que les entreprises qui souhaitent recruter.

Grâce à des processus innovants et des algorithmes d’intelligence artificielle, les agences d’intérim digitales sont capables de trouver des candidats parfaitement qualifiés pour les missions et de répondre aux besoins de leurs clients très rapidement. Ces solutions n’ont pas de limite géographique et couvrent toute la France. Ainsi, vous pouvez trouver des offres disponibles près de chez vous.

Plus de contrainte ! Les intérimaires n’ont plus besoin de se déplacer en agence. Les démarches peuvent être effectuées depuis votre téléphone ou votre ordinateur, en restant au chaud, chez vous. Une fois que vous avez rempli votre profil, les données sont stockées et votre CV également. Vous postulez aux offres de missions en un clic et signez votre contrat via l’application ou le site. L’intérim n’aura jamais été aussi rapide et simple !

5# Les intérimaires n’ont aucune perspective d’évolution ou de formation

Encore un préjugé qui a la vie dure. Certaines agences d’intérim disposent d’un budget dédié à la formation, utilisable pour faire monter en compétences leurs intérimaires. Si le profil est pénurique, beaucoup d’agences sont prêtes à payer la formation nécessaire à la prise de poste, pour trouver un salarié répondant au besoin de leur client.

Selon le secteur ciblé, des certifications peuvent être reconnues par l’Etat. Par exemple, le CACES permet d’être conducteur d’engins afin d’occuper des postes de manutentionnaire ou cariste. Renseignez-vous auprès de votre agence.

6# Seules les personnes sans diplôme sont intérimaires

Comme vu précédemment, la demande de travailleurs intérimaires est croissante et concerne de plus en plus des métiers qualifiés et issus de secteurs d’activité divers et variés. Il est vrai que beaucoup de jeunes sans formation sont intérimaires, mais les profils plus âgés arrivent sur le marché. Le travail temporaire leur permet une transition plus douce vers la retraite. Les seniors sont très recherchés et appréciés des recruteurs du fait de leur expérience du métier et leur capacité à prendre en charge et former une équipe.

7# L’intérim ne compte pas comme une expérience pertinente

Au contraire, un CV avec beaucoup de missions d’intérim a acquis beaucoup plus d’expérience qu’un jeune salarié en CDI. Un intérimaire peut souvent être expert dans son domaine s’il exerce toujours le même type de missions ou être tout à fait polyvalent, s’il choisit des emplois et des secteurs variés. Dans tous les cas, ce sont des profils riches d’expériences et de compétences, valorisés aux yeux des recruteurs.

8# Intérimaire un jour, intérimaire toujours ?

Un des préjugés est que l’intérim prive d’une perspective d’évolution de carrière. Un profil avec de nombreuses expériences est très convoité. Votre expérience en intérim vous permet donc de booster vos chances de décrocher un CDI. Certains recruteurs, très satisfaits de leur intérimaire, peuvent même créer un poste CDI pour conserver le salarié dans leur entreprise, surtout lorsque les candidats se font rares.

9# En intérim, il n’y a que des contrats courts

Ce n’est plus d’actualité. L’offre de mission est devenue plus variée et conséquente. Il est donc possible de trouver des missions très courtes, tout comme des missions très longues. Cela est souvent le cas si une entreprise remplace une personne en arrêt maladie ou en congé maternité.

10# Les intérimaires travaillent mal

C’est le préjugé le plus tenace. Cela est dû, entre autres, au taux d’intérimaire qui ne se rendent par à leur mission le premier jour (no-show). Cependant, un intérimaire est souvent beaucoup plus motivé car s’il veut se voir proposer des missions de la part de son agence, il a tout intérêt à laisser une bonne image auprès des entreprises dans lesquelles il travaille.

Maintenant, vous savez tout sur l’intérim. Cet article vous a donné envie de postuler à des offres ? Rendez-vous directement sur qapa.fr pour accéder à toutes nos offres ou l’application mobile disponible sur Apple et Google Play. 🚀 

Previous post

5 habitudes à prendre pour être plus heureux

Next post

Entretien d'embauche - Comment répondre à la question : "Dites m'en plus sur vous" ?