Y’en a marre de cette sinistrose. Alors aujourd’hui j’ai envie de vous donner la gagne !!

Fermez les yeux et imaginez ceci : vous avez presque fini votre entretien d’embauche. Vous avez répondu à toutes les questions et vous avez fini les évaluations. Vous pensez que vous avez été bon, peut-être même très bon…et que ce job fait pour vous est à portée de mains.
Et là juste au moment de partir, le recruteur vous pose LA question : « avez-vous des questions à me poser ? »

Alors bien sûr vous la connaissez cette question et vous vous y êtes préparé : vous avez lu tous les conseils sur internet, vous avez acheté des bouquins et tous recommandent de dire

Pourquoi est-ce-que ce poste est vacant?
Pourquoi recrutez-vous en externe plutôt qu’en interne ?
Avez-vous un programme de formation pour les salariés ?
Quels sont les objectifs que s’est fixée la société ?
Quels sont les indicateurs mis en place pour le calcul des bonus ?
Pourquoi avez-vous choisi de travailler pour cette entreprise ?
Comment décririez-vous la culture de votre entreprise ?

Il n’y a qu’un problème : tout le monde pose ces questions au recruteur. Et donc pour vous, c’est le synonyme de passer pour un mouton, sans personnalité, sans originalité.

Voici donc mes conseils si le recruteur vous pose la fameuse question à la fin de l’entretien d’embauche : « avez-vous des questions à me poser ? »

IL faut inverser le sens de l’entretien et pousser le recruteur à vous parler de vous et lui poser les questions qui en fait vous brûlent les lèvres :
AI-je répondu à toutes vos interrogations me concernant ?
Pensez-vous que j’ai toutes les compétences pour le poste ?
Voyez-vous des lacunes dans mes compétences ?
Y a-t-il des raisons qui feraient que je ne serais pas qualifié pour le poste ?
Y a-t-il quelque chose que j’ai dit aujourd’hui qui pourrait nuire à mes chances d’être embauché ici ?

Ce sera peut-être la première fois que le recruteur devra répondre à ces questions mais après tout c’est son job. De plus, il sera obligé de penser que vous êtes à fond dans l’entretien d’embauche car vous lui posez les vraies questions qui vont vous permettre de vous améliorer ou de vous remettre en question. Cela veut dire aussi que vous vous mettez à la place du recruteur et que vous comprenez l’importance de son recrutement. Enfin, poser ces questions au recruteur vous permet de vous placer au même niveau que lui.

En conclusion, le recruteur va penser que vous êtes quelqu’un d’ouvert à la critique et qu’en plus vous avez envie de progresser. Ce sont 2 qualités que beaucoup de recruteurs recherchent.

L’entretien d’embauche est une vente : une vente où vous vous vendez à l’entreprise. Par conséquent, comme dans toute vente, il est important de poser des questions à son client pour savoir s’il va acheter, c’est-à-dire vous recruter.
Le recruteur va donc être disposé à vous répondre favorablement.

Maintenant, imaginez que le pire arrive : le recruteur vous répond que vous n’êtes pas fait pour le poste ou alors qu’une de vos réponses l’a choqué et qu’il ne peut pas vous recruter.

Trop cool ! En fait, pour la première fois peut-être, un recruteur est honnête avec vous et vous donne des retours factuels sur votre entretien d’embauche. C’est génial, vous allez pouvoir vous améliorer pour votre prochain entretien et ne pas refaire les mêmes erreurs.

Voici mes conseils : prenez le temps d’écrire sur une feuille les remarques du recruteur. Cela renforce le fait que vous êtes vraiment ouvert à la critique et que vous ne changez pas d’avis en fonction des retours ou remarques que l’on peut vous faire.
Le soir même ou le lendemain, envoyez un mail de remerciement au recruteur, n’oubliez pas de:

1. le remercier à nouveau pour les retours utiles qu’il vous a fait

2. lui expliquer ce que vous allez mettre en œuvre pour remédier aux points faibles qu’il vous a remontés.

Le recruteur ne va pas en croire ses yeux ! vous allez faire une très bonne impression et peut-être même qu’il va vous garder en mémoire pour un prochain recrutement.

Et avec ça, vous avez un esprit de vainqueur !!!

Previous post

Le baromètre de l’emploi du mois d’avril 2013

Next post

12 trucs pour booster votre employabilité quand vous êtes cadre