Mardi 29 septembre 2015, l’INSEE publie une étude qui confirme à quel point les écarts de coût du travail sont importants entre les différents secteurs, selon la taille des entreprise et leur localisation. Explications.

C’est le secteur de la banque et de l’assurance qui gagne le prix du coût du travail le plus élevé ! L’hôtellerie-restauration a, quant à lui, le prix le plus bas. Au sein des activités financières et d’assurances, le salaire, les primes, la participation mais également les cotisations sociales sont pris en compte pour un total de 82 508 euros en moyenne, par an soit 6875 euros par mois.

Juste après, on retrouve le secteur de la production et de la distribution de gaz et d’électricité. En numéro 3, on place le secteur de l’information-communication, comprenant les métiers de l’informatique, de l’édition, de l’audiovisuel et des télécoms. Concernant le secteur de l’hôtellerie-restauration, le coût du travail atteint les 35 919 euros par an. Dans le privé, les salariés des services administratifs et du commerce ne touchent pas forcément plus avec respectivement 38 831 euros et 46 516 euros

Pourquoi tant d’écarts ?

Deux facteurs peuvent expliquer ces différences. Tout d’abord, le poids des cadres qui est très variable selon les secteurs. Par exemple, dans le secteur de l’information-communication, l’encadrement représente 61% contre 16% dans le commerce et 7% dans l’hôtellerie-restauration. Vient ensuite la taille de l’entreprise. Alors que dans les PME de 10 à 49 salariés, le coût du travail est de 27,9 euros de l’heure, il est plus élevé dans les PME de 50 à 249 salariés puisqu’il atteint les 12%. L’implantation géographique permet aussi d’expliquer les écarts de rémunérations qui sont nettement plus hautes en région parisienne.

Les résultats concernent plus particulièrement les entreprises de 10 salariés et plus et ils datent de 2012, avant la mise en place du crédit d’impôt compétitivité emploi et des premières baisses de charges sociales du pacte de responsabilité. Toutefois, il faut noter que ces mesures couvrent une grande partie des salaires, elles ne modifieront donc pas totalement la hiérarchie entre les secteurs et les types d’entreprises.

Faites-votre-CV-en-ligne-gratuitement

Previous post

Parole d'entrepreneure : Interview exclusive de Tai Lawrence, Fondatrice d'Hairfinity

Next post

Dites oui à la (vraie) pause déjeuner !