Un article signe Paolo Garoscio, journaliste chez EconomieMatin.fr

C’était une promesse que le gouvernement a faite aux entreprises françaises lors de la signature du désormais célèbre « Pacte de Responsabilité » censé relancer la croissance et l’économie en France : la baisse des cotisations patronales. Une mesure qui devrait permettre aux entreprises de payer moins d’impôts donc de dégager plus de bénéfices et de pouvoir investir. Initialement prévue pour début 2016 cette baisse a toutefois été reportée.

Si elle n’est pas totalement annulée, la baisse prévue pour le 1er janvier 2016 n’aura pas lieu en date et en heure. C’est Michel Sapin, ministre des Finances, qui l’a annoncé ce mercredi 16 septembre 2015 et la rumeur courait déjà dans les couloirs de Bercy depuis quelques temps. La raison, selon le ministère, est le financement des mesures pour l’emploi à destination des TPE-PME.

Ces mesures devraient coûter à l’Etat environ un milliard d’euros que le gouvernement espère justement récupérer en retardant de trois mois la baisse des cotisations patronales pour les salaires compris entre 1,6 et 3,5 fois le SMIC. Cette baisse sera donc effective au 1er avril 2016 contrairement à e qui était initialement prévu.

Le MEDEF, par le biais de son patron Pierre Gattaz, avait dès lundi 14 septembre 2015 estimé que l’annonce d’un report de cette baisse serait un signal très négatif donné aux entreprises qui comptent beaucoup sur la baisse des charges pour relancer la compétitivité en France. Mais les patrons se sont tout de même déclarés « surpris » ce jeudi 17 septembre 2015 au lendemain de l’annonce.

Pour le gouvernement, par contre, ce report ne change rien. L’engagement pris envers les entreprises de faire gagner pas moins de 9 milliards d’euros dès 2016 en termes de compétitivité sera respecté. Notamment grâce à la baisse, désormais actée, de la C3S et à la fin de l’ISF exceptionnelle.

Si le débat est houleux entre le patronat et le gouvernement, il reste à savoir quel impact cette baisse aura réellement sur les projets d’investissement et de recrutement prévus par les entreprises en 2016.

D’autres articles peuvent vous intéresser :

2 202 euros nets mensuels : le salaire moyen d’un salarié français (INSEE)

9 phrases de Mark Zuckerberg qui vous aideront à devenir entreprenant

15 caractéristiques d’une équipe de travail hyper-productive
Faites-votre-CV-en-ligne-gratuitement

Previous post

Comme Beyoncé, devenez une personne hyper-performante

Next post

Coupe du monde de Rugby : les 10 joueurs les mieux payés en 2015