Des chiffres sensiblement en hausse

Après une baisse encourageante du nombre de demandeurs d’emploi au deuxième trimestre, le taux de chômage a sensiblement augmenté (+0,1 point) au 3e trimestre. L’INSEE a annoncé ce jeudi des chiffres s’élevant à 9,7% de la population active au sein de la métropole et 10,0% sur la France entière.

Ayant atteint à la mi-2016 des taux plus observés depuis 2012 , les chiffres du chômage s’éloignent des taux correspondants au début de mandat de François Hollande qui étaient de 9,3% pour la France métropolitaine et de 9,7% pour l’outre-mer. Cependant, ces chiffres sont à prendre avec modération au vu de la marge d’erreur possible de l’indicateur (+/-0,3 pt).

Sur l’ensemble de l’année 2016, le taux, mesuré par l’INSEE, reste en baisse de 0,4 point.
Au total, l’Institut national de la statistique et des études économiques a comptabilisé, entre juillet et septembre un total de 2,805 millions de chômeurs en métropole, soit 31.000 (soit 1,1%) de plus que le trimestre précédent et 118.000 (-4,0%) de moins sur l’année.
Parmi eux, 1,2 million sont demandeurs d’emploi depuis au moins un an et les chiffres concernant les chômeurs de longue durée restent stables à 4,3% de la population active. Le taux des seniors correspondant aux 50 ans et plus, grimpe également (+0,5 pt), et ainsi atteindre 7,0%, soit les plus mauvais chiffres depuis le deuxième trimestre de 2015. Seule la classe d’âge intermédiaire (25-49 ans) voit ses taux s’améliorer sur le trimestre avec une baisse de 0,2 points et 0,8 sur un an.

Les jeunes sont toujours les plus touchés

En effet, les jeunes sont les principales victimes de la hausse trimestrielle.Le taux de chômage des 15-24 ans grimpe à 25,1% (+1,2 pt) soit son plus haut niveau depuis 2012. Il est également en hausse sur un an (+0,8 pt).
Cette hausse du chômage n’était pas prévue à l’origine par l’Insee, qui avait prévue, en octobre, une stabilisation du taux à 9,6%. D’autre part, les chiffres présentés par Pôle emploi sont contradictoires avec ceux de l’INSEE, qui 35.200 personnes trouver un emploi sur le trimestre.
Les personnes ne cherchant pas activement ou n’étant pas disponibles s’élèvent à 1,5 million au 3e trimestre, un nombre en baisse sur le trimestre mais toujours en hausse de 70.000 sur un an.
Autre point positif, le nombre de personnes en sous-emploi, c’est-à-dire qui souhaiteraient travailler davantage, diminue (-0,4 point), à 6,3%.
En tout cas, ne vous inquiétez pas, chaque recruteur à des besoins différents en fonction des postes donc vous pouvez tout à fait ne pas correspondre à un poste précis et correspondre à un autre. Pour être efficace, lisez bien les offres d’emploi pour voir avant de postuler si elle vous correspond bien tant du point de vue des compétences que du savoir-être.
Lorsque vous êtes inscrit sur www.qapa.fr  et que vous avez bien rempli votre profil, nos outils de matching sélectionnent automatiquement les offres d’emploi qui vous correspondent. Si vous n’êtes pas encore inscrit, pas de souci, vous pouvez le faire en quelques minutes pour bénéficier de toutes les fonctionnalités du site et c’est entièrement gratuit !
Previous post

3 habitudes qui vous font paraître antipathique au travail

Next post

La problématique du logement pour les étudiants du programme Erasmus