Les chiffres de l’apprentissage sont en hausse de 5 %. Entre le 1er juin 2015 et le 31 mai 2016, 283 250 contrats ont été signés, contre 269 912 sur la période précédente.

 

Parmi eux, 270 913 contrats ont été conclus dans le privé, en hausse de 3,7 %, et 12 337 dans le public (+ 45,4 %). En juin 2016, 6 012 nouveaux contrats ont été signés.

 

Accessible aux jeunes de moins de 25 ans, l’apprentissage est une formation initiale qui alterne cours théoriques et périodes en entreprise. Un nouveau régime d’aides aux entreprises embauchant des apprentis a été mis en place en 2014, sous forme de d’exonération de charges sociales, de crédits d’impôts et d’aides.

Ainsi, pendant toute la durée du contrat, l’employeur est exonéré des charges sociales, à l’exception de la cotisation patronale d’accidents du travail et maladie professionnelle et de certaines cotisations prévues par certaines conventions collectives.

La CSG et la CRDS ne sont pas dues par l’apprenti.

En fonction des effectifs de l’entreprise, cette exonération peut être totale ou partielle (l’effectif pris en compte est celui du 31 décembre précédant la conclusion du contrat d’apprentissage).

Une entreprise de moins de 11 salariés qui recrute un apprenti mineur (âgé de moins de 18 ans) peut aussi bénéficier d’une aide forfaitaire de 1 100 € versée chaque trimestre, soit 4 400 € pendant la première année du contrat.

Enfin, l’entreprise soumise à un régime réel d’imposition, qui emploie un apprenti pendant plus d’1 mois, peut bénéficier d’un crédit d’impôt.

 

Si vous avez besoin de recruter un apprenti, n’hésitez pas à diffuser votre offre d’emploi sur www.qapa.fr, c’est entièrement gratuit et il y a plus de 800.000 jeunes de moins de 25 ans inscrits sur le site.

 

Previous post

Entreprises : comment se financer sans passer par les banques

Next post

Les timbres postaux vont augmenter