Un article signe Paolo Garoscio, journaliste chez EconomieMatin.fr

La croissance est-elle de retour en France ? Pas selon l’agence de notation américaine Moody’s qui n’y croit pas du tout. A tel point qu’elle a décidé de baisser la note de la dette souveraine de l’Hexagone ce vendredi 19 septembre 2015. C’est la deuxième fois en moins de trois ans que la France voit sa note baisser.

Aa2 : la nouvelle note de la France

Mauvaise nouvelle pour le pays et surtout pour le gouvernement : le vendredi 19 septembre 2015 la note souveraine de la France a été revue à la baisse par Moody’s. Désormais l’agence de notation lui attribue Aa2 soit la troisième note la plus élevée.

Selon Moody’s « la croissance économique tricolore va rester stable sur le moyen terme ». En gros l’agence ne croit pas du tout que le pays va s’en sortir et elle croit encore moins aux prévisions de croissance annoncées par le gouvernement. Michel Sapin, lui, n’en démord pas : après 1% de croissance en 2015 la France atteindra 1,5% de croissance en 2016. Des prévisions auxquelles l’OCDE ne croit plus non plus, après y avoir cru en juin 2015.

Deuxième baisse de la note depuis 2012…

La toute première agence à retirer le triple A à la France a été Standard&Poor’s le 13 janvier 2012 suivie, en novembre de la même année, par Moody’s. Avec cette nouvelle baisse de la note, qui passe de Aa1 à Aa2, Moody’s aura donc baissé sa note de deux crans en moins de trois ans.

Un baisse qui ne devrait toutefois pas changer grand-chose : les taux d’emprunt de l’Etat français restent très bas et le gouvernement l’assure : son objectif de réduction du déficit à 3,3% pour 2016 (dans le but de le porter à moins de 3% à l’horizon de 2017) reste inchangé.

D’autant plus que le Aa2 qui orne désormais la dette française a une perspective stable, selon Moody’s, ce qui ne présage pas une nouvelle baisse rapidement…

Faites-votre-CV-en-ligne-gratuitement

Previous post

Employé(e)s : une appli pour partager votre humeur du jour !

Next post

Loi Macron : l'ouverture du transport par autocars aurait créé 700 emplois