Lundi 11 Mai 2015, nous fêtons le Commerce équitable ! Longtemps réservé aux initiés, aux tiers-mondialistes et aux écologistes forcenés, l’idée du commerce équitable fait aujourd’hui partie intégrante de la réflexion et du mode de vie des pays développés.

Le commerce équitable doit aujourd’hui permettre un développement économique qui soit plus harmonieux et qui permette aux producteurs de tirer une bonne rémunération de leur travail et de privilégier des modes de production respectueux de l’environnement et qui sont bénéfiques au développement durable.

Quid de la France ?

Si la France reste à la traîne en matière de développement durable et de commerce équitable, ce mouvement commence à prendre de plus en plus d’ampleur et de nombreux citoyens le soutiennent.

Concrètement, qu’est-ce que le commerce équitable ?

Le commerce équitable se définit par un système d’échange qui permette de parvenir à une plus grande équité dans le commerce conventionnel. Il s’agit d’utiliser le commerce comme un levier de développement pour réduire les inégalités et s’assurer de la juste rétribution des producteurs. En 2009, on estimait les ventes de produits certifiés équitables à plus de 3,4 milliards d’euros. Près de 1,5 million de producteurs bénéficient du commerce équitable.

L’idée de commerce alternatif ou solidaire émerge dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, grâce aux organisations caritatives chrétiennes anglo-saxonnes. Il prend véritablement forme dans les années 1960, avec l’essor de boutiques spécialisées dans la vente de productions artisanales. A partir de 1989, on commence à parler de « commerce équitable » dans la sphère publique : les dirigeants de la coopérative Andines l’enregistrent alors comme marque auprès de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle).

Les principales organisations internationales du commerce équitable proposent la définition suivante (depuis 2001) :

« Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s’engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l’opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel. »

Retrouvez notre article dédié à la Journée Mondiale de la Sage-femme.

Previous post

Secteur Santé / Service aux particuliers / Social : Etes-vous bien payé ?

Next post

Les salaires des chanteurs de la tournée Stars 80