Numéro 13 - 21 jours pour trouver un emploi

  • Objectifs



Postuler aux offres qui me correspondent.

La candidature spontanée



Beaucoup de sites, de magazines ou d’émissions ne tarissent pas déloges à propos de la candidature spontanée.

Par candidature spontanée, on entend le fait de proposer directement à une société de vous embaucher sans qu’aucune proposition de poste n’ait été faite ou publiée.

A moins d’avoir beaucoup de chance, envoyer une lettre de motivation spontanée est une perte considérable de temps.

Les deux erreurs principales à éviter à tout prix sont : 


  • Envoyer une lettre de motivation uniquement à la société dont vous rêvez. L’inverse sera malheureusement rarement vrai.
  • Rédiger des milliers de lettres types sans aucune personnalisation et inonder par publipostage le marché du travail de votre CV.

Cependant, la candidature spontanée peut être d’une redoutable efficacité si celle-ci rime avec « stratégie ».

Les clés d’une candidature spontanée efficace :

1. Ciblez vos candidatures : faites une liste des sociétés qui pourraient avoir besoin de vos services et de vos compétences et dans lesquelles vous aimeriez effectivement travailler. En fonction de vos compétences et de vos atouts, cette liste constitue une première base de contacts et vous évite de vous éparpiller inutilement.
A noter : Une candidature spontanée bien ciblée a 7 fois plus de chance d’avoir une réponse.

2. Etudiez les entreprises : faites une veille précise de ces sociétés. Vous devez tout connaitre de ces entreprises (actualités, bilans, développement, recrutements, licenciements, nouveaux produits, etc.) pour établir une « short list » des 10 sociétés qui peuvent être à même de vous recruter.
Par exemple : une des sociétés que vous avez identifiée va ouvrir prochainement une filiale dans une ville proche de chez vous. C’est une occasion à saisir immédiatement en proposant votre candidature à la maison-mère avant même que le plan de recrutement ait été lancé. 



La connaissance de l’actualité de ces sociétés vous permet d’adapter votre lettre de motivation et de coller au mieux aux besoins de votre employeur.



Une candidature spontanée doit anticiper et prévoir la stratégie de développement de la société. 



En parallèle, informez-vous aussi de l’actualité des concurrents des sociétés pour lesquelles vous postulez. Cette connaissance globale d’un secteur vous permet de proposer des solutions et des alternatives de développement qui susciteront l’intérêt de l’entreprise.

3. Avoir le bon interlocuteur : Vous devez bien connaitre les personnes qui seront décisionnaires dans le cadre de votre recrutement. Inutile d’envoyer une candidature spontanée sans avoir le ou les noms des personnes clés. Grâce à internet, vous pouvez également prendre quelques informations sur ces personnes pour personnaliser encore davantage votre lettre de motivation.

4. Bien rédiger votre lettre et votre CV : la première phrase est déterminante, tout comme les premiers mots lors d’une rencontre ou d’un entretien. Votre CV et votre lettre de motivation doivent être totalement personnalisés et dédiés à la société en question.

Rebondissez, par exemple, sur un fait d’actualité (le lancement d’un nouveau service ou au contraire des difficultés sur un nouveau marché) et apportez des solutions concrètes à l’entreprise grâce à vos compétences et votre savoir-faire. 



Votre lettre doit également inclure une démarche réfléchie pour que votre interlocuteur comprenne que votre candidature tombe sous le sens : parlez d’abord de la société, ensuite de vous pour finir par votre collaboration.

Une lettre de motivation, quelle soit spontanée ou non, doit également être la plus courte possible, concise, claire et directe.

Conseil pratique : Pour réussir une candidature spontanée, il faut bien cibler l’entreprise, l’interlocuteur et le message.

5. Bien conclure : l’objectif d’une candidature spontanée est avant tout de rencontrer votre futur potentiel employeur. Cette demande de rendez-vous doit être formulée comme un premier contact et non comme une demande d’entretien d’embauche. Même si dans les faits la démarche finale est la même.

6. Savoir relancer : comme votre candidature ne rentre pas dans un cadre de recrutement classique, vous devrez rappeler la personne à qui vous l’avez adressée. Loin d’être considérée comme pénible, la relance téléphonique est souvent l’un des critères de choix pour un recruteur. Elle montre en effet votre volonté et votre détermination pour obtenir le poste.

Evitez cependant d’harceler votre interlocuteur en appelant tous les jours ou en étant directif (« je n’ai toujours pas reçu votre réponse, … »). Parfois, une candidature spontanée peut aboutir plusieurs mois plus tard. Les personnes à qui vous l’avez envoyée sont peut-être en train d’en discuter en interne avant de vous recontacter.

Conseil pratique : Il faut toujours relancer une candidature spontanée.

7. Activez votre réseau : si vous connaissez quelqu’un dans l’entreprise, profitez-en pour appuyer votre demande en interne. Cette personne peut vous conseiller sur le mode de fonctionnement de l’entreprise, les circuits hiérarchiques et vous pourrez ainsi éviter beaucoup d’erreurs.



N’hésitez pas également à solliciter des personnes que vous avez rencontrées lors de conférences, salons ou événements professionnels.

Sur internet



Depuis maintenant plus de 10 ans le Web a révolutionné la façon de rechercher un emploi. Véritable outil d’efficacité et de rapidité, ce média est également un système complexe qui demande une rigueur et des techniques spécifiques pour l’utiliser à bon escient.

Une mine d’information



Le web peut vous permettre de gagner un temps précieux si vous n’avez pas des objectifs précis. En fonction de ce que vous désirez obtenir, sélectionnez les meilleurs supports média possibles : sites d’emploi, annuaires, forums, réseaux sociaux, sites corporate d’entreprises, etc. Une recherche d’emploi n’est pas un exposé sur une société. Vous devez savoir quels types d’informations vous seront nécessaires pour optimiser votre recherche.

Les sites de petites annonces

Les sites de petites annonces offrent du volume mais peu d’efficacité et de praticité. En effet, les recruteurs et candidats n’ont pas d’outils pour gérer leurs recrutements / leurs recherches d’emploi. D’autre part, les profils des sites de petites annonces concentrent généralement des profils peu détaillés car ce n’est pas une destination habituelle de candidats.

Les job boards



Les jobboards sont des sites de publication et de diffusion d’annonces. Ils centralisent à la fois des offres d’emploi postées par des recruteurs et des profils de demandeurs d’emploi (généralement sous la forme de CV). Aux premiers ils offrent deux types de services, généralement payants : la publication d’une annonce et la consultation de leur base de données de CV. Aux seconds ils offrent la possibilité de consulter des offres d’emploi répondant à leurs critères de recherche ainsi que celle de poster leur CV en ligne.

Le principal attrait des jobboards tient à la taille de leur base de données, d’annonces pour les demandeurs d’emploi, de CV pour les recruteurs. Ils peuvent être généralistes (Monster) ou spécialisés dans un segment du marché (cadremploi, jobtransport).

Le modèle du jobboard bute en pratique sur un problème de qualité du matching. SI les jobboards permettent d’accéder à un grand nombre d’offres, celles-ci sont souvent peu pertinentes au regard des profils et projets professionnels des demandeurs d’emploi. Les jobboards ne proposent pas d’algorithmes de recommandation et se contentent de mettre à disposition des utilisateurs des fonctionnalités de recherche avancée. Par ailleurs, ils ont négligé d’offrir aux utilisateurs une plateforme simple et en temps réel.

Les jobboards quant à eux offrent une certaine praticité dans la mesure où les recruteurs peuvent accéder à leur vivier de candidats mais très souvent leur prix est rédhibitoire pour les recruteurs qui ne peuvent pas payer entre 600€ et 900€ pour diffuser une offre d’emploi sans être certains des résultats.

Les agrégateurs d’offres d’emploi



Les agrégateurs d’offres d’emploi permettent à leurs utilisateurs d’effectuer des recherches centralisées d’annonces. Ils leur proposent en général de ne renseigner qu’un minimum de critères de sélection.

Les agrégateurs utilisent des robots d’indexation (web crawlers) afin de parcourir les sites émetteurs d’offres pour sélectionner les annonces répondant aux critères renseignés. Ils complètent également leur approche en recevant des flux d’annonces envoyées par les sites émetteurs. La consultation des offres se fait ensuite par redirection vers les sites émetteurs, généralement des jobboards. Le service est directement facturé aux émetteurs des offres, en fonction du nombre d’offres référencées ou au clic.

Ces plateformes présentent ainsi les mêmes limites que les jobboards et leur modèle ne serait pertinent que sur une place de marché dominée par des contraintes de volume. Or l’adéquation entre offres et demandes d’emploi repose principalement sur la qualité de la mise en relation. Au total, le service rendu par les agrégateurs concerne principalement les jobboards dont ils référencent mieux les offres dans les moteurs de recherche.

Les plateformes de réseaux sociaux professionnels tels que Linkedin permettent à leurs utilisateurs de construire un réseau professionnel en ligne mais également de gérer leur image, leur identité professionnelle sur internet. Elles ont donc plusieurs vocations dont la recherche d’emploi n’est qu’un élément. La mobilisation d’un réseau professionnel se fait souvent à des fins autres que la recherche d’emploi : développement de nouveaux partenariats, participation à des cercles de réflexion et d’échanges professionnels. Ces sites publient bien entendu des annonces mais à plus petite échelle que des sites dédiés. Et les offres n’en sont pas mieux qualifiées pour autant puisque les plateformes de réseaux sociaux n’ont pas vocation à se limiter à un segment donné du marché du travail. Par ailleurs, si des offres d’emploi circulent bien au sein de ces plateformes, leur trajectoire a souvent un caractère fortuit : les destinataires n’étant pas eux-mêmes dans une démarche de recherche d’emploi (on affiche rarement un statut de demandeur d’emploi sur son réseau professionnel).

Les plateformes de réseau professionnel offrent principalement un outil complémentaire à la recherche d’emploi : la mobilisation ciblée de son cercle de connaissances afin d’accéder au marché du travail caché. Elle permet d’identifier des interlocuteurs clé et d’entrer en contact avec eux via la recommandation de ses proches.

Qapa.fr

Qapa a créé et développé un algorithme de matching en temps-réel permettant de mettre en relation les offres et les candidats de façon pertinente et instantanée (Qapa signifie : Qualified Applicants Proactive Algorithm).

Cet outil technologique permet de faire correspondre les compétences des demandeurs d’emploi avec les savoir-faire demandés par les recruteurs. Ce matching est réalisé en temps réel en se basant sur une multitude de critères dont les compétences réelles liées à chaque métier.

Le candidat qui recherche un emploi sur www.qapa.fr ou sur le site mobile m.qapa.fr voit s’afficher toutes les compétences qui correspondent à son métier. Il lui suffit de cocher les compétences qu’il possède réellement et de créer non plus un CV mais un « Profil ». Le recruteur, quant à lui, reçoit en temps réel le profil Qapa du candidat qui met en avant les correspondances entre les caractéristiques de l’offre d’emploi et les compétences du candidat. Pour vraiment aider les demandeurs d’emploi et les recruteurs, Qapa.fr a développé son outil sur des critères géolocalisés. Qapa.fr c’est la simplification des recrutements, un gain de temps et d’argent. Du côté des candidats plus besoin de CV ni de lettre de motivation ! Le CV est aujourd’hui dépassé. Il ne représente plus les candidats qui embellissent parfois un peu trop la réalité et ce n’est donc plus un support pertinent pour les recruteurs qui ne se fient plus à ces documents. Juste 3 minutes pour s’inscrire et le candidat a son profil de compétences Qapa. Il enregistre également des données élémentaires mais qui n’apparaissent jamais sur un CV classique comme la distance entre son domicile et le lieu de travail, sa flexibilité horaire, sa disponibilité et le salaire demandé.

Du côté recruteur, cette mise en relation évite de recevoir des centaines de CV qui ne correspondent pas exactement à leur demande. Et grâce au format du Profil, le recruteur sait en un clin d’œil si le candidat est adapté au poste ou non. En adéquation avec la législation de non discrimination, tous les profils sont anonymes et apparaissent aux yeux du recruteur sans nom, ni photo. Les coordonnées du candidat ne sont révélées au recruteur que lorsque celui-ci a choisi son profil.
Qapa est aujourd’hui le site d’emploi en plus forte croissance en France avec : 4 millions de visites par mois, 2,5 millions de membres, 200.000 nouveaux candidats inscrits chaque mois (1 candidat s’inscrit toutes les 13 secondes sur le site), 150.000 offres d’emploi disponibles.

Conseil pratique : Avec qapa.fr, vous recevez chaque jour les offres d’emploi qui correspondent à vos compétences et à vos critères de recherche.

Les plateformes de cooptation en ligne



Les plateformes de cooptation en ligne proposent de mobiliser les réseaux sociaux et professionnels de leurs membres afin de trouver les profils répondant aux critères d’une annonce. De telles plateformes requièrent une masse critique de coopteurs de qualité à savoir de personnes disposant non seulement d’un réseau suffisamment étoffé dans un domaine d’expertise donné mais également des compétences nécessaires à l’identification des profils pertinents au sein de leurs cercles de connaissances. Un système d’incitations doit assurer leur participation durable à la plateforme (argent, bons d’achat, voyage,…). Aujourd’hui les expériences de cooptation existent mais principalement dans les grands groupes. Ces derniers cherchent à mobiliser les réseaux sociaux de leurs salariés afin de recruter de nouvelles expertises tout en réduisant les coûts de recrutement. Des fonctionnalités de cooptation existent déjà sur Qapa.

Les sites corporates



La plupart des sociétés disposent aujourd’hui de leur propre site Internet. Vous pouvez ainsi avoir l’ensemble des informations concernant l’entreprise mais également la possibilité de déposer votre candidature directement sur son site web.

Les agences d’intérim et les cabinets de recrutement



Tout comme les sociétés et les job boards, les sites de recrutement ont leurs sites web disponibles online. Les agences peuvent ainsi diffuser leur propres annonces et propositions d’emploi.

Pôle Emploi



Site indispensable du parcours du chômeur, le site de Pôle Emploi permet d’accéder à un service d’abonnement automatique pour recevoir les éventuelles offres d’emploi par email et de postuler online.

Les médias



Beaucoup de magazines, journaux, blogs proposent également des rubriques dédiées à l’emploi. Les offres sont généralement disponibles également sur les sites d’emploi classiques mais peuvent vous apporter des compléments d’informations sur les sociétés en question.

Adapter son CV au numérique



Pour que votre profil soit facilement référencé par les moteurs de recherche comme Google, votre CV doit contenir des « mots clés » qui sont facilement identifiés. Ceux-ci doivent être en rapport avec votre métier, vos compétences mais aussi avec la société et le type d’annonce que vous recherchez.

Exemple : bien orthographier « Directeur Commercial » et non Dir. Commercial.

Les réseaux sociaux professionnels



Il est recommandé de mettre en ligne votre CV afin d’être non seulement identifié par les autres membres du réseau mais également pour apparaitre dans les moteurs de recherche. Ces CV en ligne bénéficient d’une importante visibilité et vous permettre de les utiliser comme des cartes de visites permanentes.

Conseil pratique : Pensez à mettre à jour régulièrement votre CV sur les jobboards et votre profil sur les réseaux sociaux professionnels.

Répondre à une offre d’emploi par email

Soignez votre e-mail

La plupart des réponses à des annonces en ligne se font en premier lieu par email. Celui- ci doit être aussi soigné que votre lettre de motivation. Appliquez les mêmes recommandations que pour sa mise en forme, sa rédaction, les corrections de fautes de grammaire et d’orthographe.

Pensez également à la construction même de votre adresse email.

Par exemple : Evitez les adresses impersonnelles ou humoristiques (dupont2175@gmail.com ou zezette_la_belle@yahoo.fr).

Conseil pratique : Privilégiez une adresse-mail qui reprend votre prénom et votre nom pour un meilleur archivage et une parfaite adéquation avec votre profil.

Soignez « l’objet » de votre email



Votre destinataire doit pouvoir comprendre instantanément la raison de votre message. Intitulez clairement dans celui-ci l’objet de votre envoi. Certains sites ont des contraintes précises quant à la rédaction de l’objet d’un email. Il est donc nécessaire de s’y conformer pour éviter que votre message n’arrive pas à son destinataire.

Soignez vos pièces jointes

Vous devez dans la plupart des cas joindre à votre email votre CV. Pensez à bien enregistrer le nom de ce document pour que votre interlocuteur le retrouve facilement.

Exemple : CV_Jacques_Dumont_Poste_Responsable_SAV.pdf

Pour que vos documents conservent leur mise en page et qu’ils soient lisibles sur PC ou Mac, utilisez un format d’enregistrement universel comme le PDF (Portable Document Format). Ceux-ci doivent être les plus légers possibles afin d’éviter d’être rejetés par les serveurs de votre destinataire.

Previous post

Jour 12 : Je suis mobile

Next post

Ces entrepreneurs qui ont échoué avant de réussir (infographie)