Tout le monde a entendu parler de l‘intérim, mais savez-vous réellement de quoi il s’agit ?  Plus de 550 000 personnes sont aujourd’hui concernées. Tous les secteurs en France et un très grand nombre d’entreprises font appel à l’intérim pour des raisons d’accroissement d’activité, de remplacement maladie et de souplesse. Il y a plus de 16 millions de missions d’intérim remplies chaque année en France et ce chiffre croit de 10% par an. Alors si vous êtes ne recherche d’emploi, l’intérim est une très bonne solution qui d’ailleurs débouche souvent sur un poste en CDI.

Voici tout ce que vous devez savoir en tant que candidat en recherche d’une mission d’intérim.

 

Définition de l’intérim

Selon l’INSEE, le « travail intérimaire » consiste à mettre des salariés à disposition provisoire d’entreprises clientes. Ces salariés sont embauchés en fonction d’une rémunération convenue, et rémunérés par l’entreprise de travail intérimaire. L’intérim se caractérise ainsi par une relation triangulaire entre l’entreprise de travail temporaire, l’entreprise cliente et le salarié. Deux contrats sont établis : un contrat de mise à disposition (entre l’entreprise de travail temporaire et l’entreprise cliente) et un contrat de mission (entre l’entreprise de travail temporaire et le salarié).

Pour certaines travailler en intérim est un choix : variété des missions et des environnements, alternance de périodes travaillées et non travaillées, rémunération majorée. Pour d’autres personnes, il s’agit d’une situation de transition qui va vous permettre de gagner votre vie en attendant de trouver un emploi stable.

Et les mineurs ? On peut s’inscrire auprès d’une société de travail temporaire dès l’âge de 16 ans, à condition de ne pas faire d’heures supplémentaires, ni de travail de nuit, ni de travaux pénibles. De plus, l’accord des parents est demandé (en principe).

Quelques chiffres

La DARES (direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) comptabilise 575 045 intérimaires. D’autre part plus de 1 400 000 emplois ont été conclus par des établissements de travail temporaire. Le secteur de l’industrie et le secteur tertiaire arrivent en tête en terme de volume de travail temporaire.

L’intérim sur Qapa

Qapa est aujourd’hui la première plateforme digitale d’emploi en France. Notre mission est d’être au plus près de vous en vous accompagnant dans votre recherche d’emploi et en vous mettant en relation avec les bonnes offres d’emploi et donc les bons recruteurs, en temps réel. Qapa Intérim nous permet d’aller encore plus loin afin de vous proposer le meilleur des contrats d’intérim en France.

1 – Travaillez quand vous voulez et gagnez plus !

En plus des offres d’emploi traditionnelles, Qapa vous propose des missions d’intérim en fonction de vos disponibilités. D’autre part, l’intérim rapporte en moyenne 10% de plus (qui correspondent aux indemnités de fin de mission). 

2 –Le travail en toute légalité

Qapa s’assure de la légalité de vos contrats. Lorsque vous effectuez une mission, vous êtes couvert par une assurance et vous cotisez pour votre retraite ainsi que pour votre chômage.

3- L’assurance d’être payé en temps et en heure

Le contrat de travail est signé avec Qapa. Qapa est donc votre employeur et vous assure le salaire tel qu’il est indiqué dans votre contrat et dans l’offre de mission. Vous n’avez donc pas de mauvaise surprise !

4 – Une recommandation à chaque mission

A la fin d’une mission, vous recevez une recommandation de la part de l’employeur. Celles-ci ont beaucoup de valeur auprès des recruteurs. En effet, vous pourrez par la suite les faire figurez sur votre CV ! Vous avez également la possibilité de laisser un commentaire sur la personne qui vous a engagé.

Contrats 

Lorsqu’un candidat est détaché auprès d’une entreprise cliente, deux contrats sont conclus : un contrat qui lie l’agence de travail temporaire et l’entreprise cliente (contrat de mise à disposition) et un contrat qui lie l’intérimaire à l’agence de travail temporaire (le contrat de mission).

Ainsi voici pour vous, candidats, les modalités du contrat de mission:  Il est conclu entre l’entreprise de travail temporaire et le salarié intérimaire. Le contrat de mission doit obligatoire être conclu par écrit et signé par le salarié. Il doit lui être transmis au plus tard dans les deux jours ouvrables suivant sa mise à disposition.

Le contrat de mission contient obligatoirement les mentions suivantes :

  • les mentions du contrat de mise à disposition indiquées par l’entreprise cliente,
  • La qualification professionnelle du salarié,
  • Les conditions de la rémunération (périodicité de paiement),
  • La durée de la période d’essai,
  • Le nom et l’adresse de la caisse de retraite complémentaire et l’organisme de prévoyance dont relève l’entreprise de travail temporaire,
  • Une clause mentionnant qu’à l’issue de la mission, l’embauche par l’entreprise utilisatrice n’est pas interdite,
  • Une clause mentionnant que le rapatriement est à la charge de l’entreprise de travail temporaire (si la mission s’effectue hors du territoire métropolitain).

Peut-on modifier le terme d’une mission d’intérim ?  Le terme initial d’une mission d’intérim peut être modifié dans certaines limites si une clause du contrat de mise à disposition le prévoit. Ainsi si une clause du contrat de mise à disposition le prévoit, le terme de la mission peut être avancé ou reporté de plusieurs jours en fonction de sa durée initiale.

La durée du contrat

Généralement, le contrat de mission est conclu pour une durée précise. Toutefois, dans certains cas il peut ne pas comporter de termes précis :

  • Lors d’un remplacement d’un salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu
  • Lors des emplois saisonniers ou assimilés
  • Dans l’attente de l’entrée en service effective d’un salarié recruté en CDI
  • Lors du remplacement d’un chef d’entreprise ou de son conjoint

A savoir ! Dans les cas cités ci-dessus, le contrat de mission est conclu pour une durée minimale et il arrive à son terme lorsque la personne remplacée est de retour ou lorsque la réalisation de l’objet pour lequel il a été conclu est effective.

Quelle est la durée maximum d’un contrat de mission ? La durée du contrat de mission est de 18 mois maximum, renouvellement compris. Toutefois, il peut y avoir des cas particuliers pour lesquels cette durée va être portée à 24 mois :

  • Missions à l’étranger
  • Remplacement d’un salarié dont le poste est amené à être supprimé
  • Lorsque survient une commande exceptionnelle à l’exportation 

Rupture du contrat à l’initiative de l’employeur

Rupture anticipée libre : L’entreprise de travail temporaire peut rompre le contrat de mission sans obligation particulière vis-à-vis de l’intérimaire dans les cas qui suivent :

  • Pendant la période d’essai,
  • En cas faute grave du salarié,
  • Ou en cas de force majeure.

À savoir ! La rupture du contrat avant la fin de la période d’essai peut être considérée par le juge comme abusive si elle n’est pas liée aux compétences du salarié.

Rupture anticipé encadrée : L’employeur doit proposer au salarié un nouveau contrat de travail prenant effet dans un délai de trois jours maximum au moment où la rupture est faite :

  • Après la période d’essai,
  • En dehors de toute faute grave ou cas de force majeure

Rupture du contrat à l’initiative du salarié

Le salarié peut rompre le contrat de mission de manière anticipée dans les cas suivants :

  • Faute grave de l’employeur,
  • Embauche du salarié mis à disposition pour un contrat à durée indéterminée,
  • Force majeure.

Préavis

Si le salarié rompt son contrat pour un contrat à durée indéterminée (CDI), un préavis s’applique après la période d’essai (sauf s’il en est dispensé par l’employeur). Ce préavis est calculé à raison d’un jour par semaine en fonction de :

  • La durée du contrat, renouvellement inclus, si celui-ci comporte un terme précis,
  • La durée effectuée, si le contrat ne comporte pas de terme précis

A savoir ! La durée totale du préavis ne peut être inférieure à 1 jour ni supérieure à 2 semaines. Le décompte s’effectue en jours ouvrés.

Les conséquences de la rupture du contratSi le salarié rompt le contrat après la période d’essai et en dehors des cas autorisés, il peut être condamné par le juge à verser à son employeur des dommages et intérêts.

La rémunération

la rémunération comprend le salaire ou traitement de base et tous les autres avantages et accessoires payés directement ou indirectement, en espèces ou en nature. Le montant de la rémunération ainsi que les primes et accessoires de salaire doivent être précisés sur le contrat de mission.

La rémunération du travailleur temporaire ne peut être inférieure à celle que perçoit chez l’entreprise utilisatrice, après période d’essai, un salarié de même qualification occupant le même poste de travail (primes et accessoires de salaire compris).

En fin de contrat, le travailleur intérimaire perçoit :

  • Une indemnité de congés payés,
  • Une indemnité de fin de mission

Indemnités de fin de mission

A la fin de la mission de l’intérimaire, sauf embauche en CDI par l’entreprise utilisatrice, le travailleur intérimaire bénéficie d’une indemnité de fin de mission. Cette indemnité est destinée à compenser la précarité de l’emploi est au moins égale à 10 % de la rémunération totale brute perçue pendant le contrat. Elle doit être versée à l’issue de chaque mission et doit figurer sur le bulletin de salaire correspondant. Elle est imposable et soumise aux charges sociales.

L’indemnité de fin de mission n’est pas due dans les cas suivants :

  • Conclusion immédiate avec l’utilisateur, d’un contrat à durée indéterminée,
  • Rupture du contrat de mission à l’initiative du travailleur temporaire qui justifie d’une embauche en CDI,
  • Rupture du contrat pour faute grave de l’intérimaire ou force majeure,
  • Contrat de mission-formation,
  • Contrat saisonnier ou d’usage

Et …  ?

  • Congés payés Au cours d’une mission de travail intérimaire, il n’est pas possible de prendre des congés payés à proprement parlé. Toutefois, ces congés payés font l’objet d’une ICCP (indemnité compensatrice de congés payés). Cette indemnité est au moins égale à 10 % de la rémunération brute totale perçue pendant la mission, y compris l’indemnité de fin de contrat, l’indemnité est versée à l’issue de la mission.
  • Les jours fériés Les jours fériés compris dans une mission sont payés, indépendamment de l’ancienneté du travailleur.
  • Quelles autres avantages ? Les salariés ont accès, dans l’entreprise utilisatrice, aux moyens de transports collectifs et aux installations collectives, notamment en matière de restauration, dans les mêmes conditions que les salariés de l’entreprise utilisatrice.

 

Si maintenant vous voulez effectuer une mission intérim, rendez-vous sur www.qapa.fr : plus de 8.000 mission d’intérim sont disponibles dans tous les secteurs (commerce, logistique, santé, BTP, banque-assurance, agriculture, industrie, …). Si vous cherchez un job d’été, inscrivez-vous aussi dès maintenant.

Previous post

Du 3 au 10 juillet : semaine spéciale Intérim sur Qapa

Next post

Tout savoir sur l'intérim : côté Recruteurs