Les équipes ont souvent du mal à déterminer si ceux qui ont la plus forte personnalité ont nécessairement la plus forte perspicacité, mais des recherches menées à l’Université de l’Utah montrent que les groupes qui prennent le temps de trier les experts réels des grandes gueules qui ne savent pas de quoi ils parlent réussissent mieux à solutionner les problèmes.

Le challenge est d’être capable d’identifier les experts !!

Les gens ont tendance à trop compter sur ce qui se voit pour choisir les experts – comme le niveau de confiance que l’on a dans l’intervenant , l’extraversion , le sexe mais pas assez sur le contenu de ses interventions. Cela peut être coûteux si le groupe ne garde pas ceux qui ont les connaissances les plus pertinentes.

La corrélation entre la confiance d’une grande gueule et son expertise est souvent « très faible », montrent les recherches.

Ces constatations s’appliquent principalement aux groupes qui doivent résoudre un problème pour lequel il existe une réponse précise, tels que l’estimation du nombre d’unités de produits que votre entreprise devra expédier la semaine prochaine ou la valorisation d’une entreprise, et moins aux tâches plus subjectives, comme générer des idées pour une campagne de marketing.

Alors, comment empêcher les grandes gueules de prendre le contrôle d’une réunion que vous menez ?

Au lieu de vous lancer directement dans une discussion, encadrez la réunion. Encouragez chacun à contribuer et gardez une liste actualisée des faits pour promouvoir la compréhension mutuelle.

Gardez à l’esprit que les membres de votre équipe grandes gueules sont souvent ceux qui connaissent le mieux leur sujet, ils sont souvent vos « experts ». Alors, si vous écoutez les gens qui ont confiance en eux et qu’ils ont raison – tant mieux. Il suffit dans ce cas de ne pas laisser l’ expertise de collègues plus calmes se perdre dans le brouhaha.

Previous post

Que faire si vous êtes coincé dans un ascenseur avec votre PDG ?

Next post

Comment convaincre la génération Y