Ce n’est plus un secret pour personne, le système d’imposition français incite les grandes fortunes à quitter l’hexagone. Quatre français ont décidés de rejoindre la Suisse cette année. En effet, Jean-Pierre Valentini (ex-Trafigura, société de trading), Alain-Dominique Perrin (ancien président de Cartier), Michel Venturini (créateur du groupe But), et la famille Abittan (Grand Optical, Photoservice et Acuitis) se sont installés récemment dans la Confédération.

La Suisse permet à ses habitants de payer beaucoup moins d’impôts qu’en France par exemple et elle  continue donc d’exercer son attrait envers les richissimes Français. En 2016, le classement des 300 plus grosses fortunes installées de l’autre côté du Léman, analysé  par le magazine Bilan, compte cinquante-quatre Français, soit quatre de plus que l’année précédente.

Des Français ont en revanche fait le chemin inverse. On peut notamment citer Alexandra Pereyre de Nonancourt (champagne Laurent-Perrier) mais également le créateur de mode Daniel Hechter, ce dernier ayant emménagé au Luxembourg. D’autre part ce classement ne tient compte que des personnes ayant une fortune supérieure à 100 millions de francs suisses soit 92 millions d’euros. De plus, «certaines grandes fortunes échappent à notre radar», reconnaissent nos voisins helvètes.

Une chose est certaine : l’exil fiscal se poursuit en France et on peut même dire qu’il s’accélère,cela se voit clairement dans les statistiques récoltées en France, par l’administration fiscale. Entre 2013 et 2014 on note une hausse de 10 % des exils de Français dont les revenus dépassent les 100.000 euros, d’après le rapport annuel sur le sujet du ministère des Finances récemment transmis au Parlement. Plus de 4 000 ménages aisés ou fortunés ont ainsi quitté la France en 2014, dont 589 qui bénéficient d’un revenu fiscal supérieur à 400.000 euros.

Previous post

Baromètre de l'emploi Qapa : le bilan annuel 2016

Next post

5 habitudes à adopter pour être plus heureux(se)