Lors d’un entretien d’embauche, vous avez envie de montrer le meilleur de vous-même, ce qui explique qu’il est parfois difficile de répondre à la question « quelles sont vos faiblesses« . Comment y répondre en étant honnête mais sans avoir l’air de trop se rabaisser ?

Contrairement à ce que vous pouvez croire, quand un recruteur pose cette question, ce n’est pas pour vous déstabiliser. Le recruteur a simplement envie de savoir si vous êtes conscient de vos qualités et de vos faiblesses pour savoir si vous seriez capable de les surmonter (vos faiblesses).

Nous avons rassemblé ici quelques « grandes faiblesses » courantes et souvent clichées et nous avons essayé de les remplacer par d’autres, moins courantes et peut-être plus réalistes.

Arrêtez de parler de votre « perfectionnisme »

C’est simple, les recruteurs en ont tout simplement marre d’entendre la même réponse à chaque fois « ma plus grande faiblesse ? Je suis beaucoup trop perfectionniste ». Croyez-moi, les recruteurs ont entendu cette réponse un milliard de fois (et ce n’est pas toujours vrai).

Plutôt que de citer directement le mot « perfectionniste« , essayez de prendre un exemple pour l’expliquer : « quand je travaillais chez XXX, on m’a demandé de réorganiser et de réécrire le guide des fêtes de fin d’année pour le rendre visuellement plus intéressant. Malheureusement, j’étais tellement obsédé par les détails que j’ai pris du retard et je n’ai pas pu le rendre à temps ».

Une fois que vous avez décrit une situation dans laquelle vous avez été trop « perfectionniste » (encore une fois sans citer le mot !), expliquez au recruteur comment maintenant vous prenez des mesures pour résoudre le problème : « c’est pourquoi désormais quand j’ai une tâche comme celle-ci à accomplir, je divise mon travail en plusieurs étapes et si je vois que je passe trop de temps sur une seule chose, je me ressaisis et passe vite à la suivante. J’y reviens plus tard, l’esprit plus clair. » 

Si vous postulez à un poste de manager, arrêtez de dire que « vous en demandez peut-être trop à vos équipes »

Dire que vous en attendez toujours trop de vos équipes n’est pas une bonne chose lors d’un entretien d’embauche. En effet vous risquez d’apparaître comme un rouleau compresseur aux yeux de votre interlocuteur. Au lieu de ça, essayez d’expliquer comment vous travaillez pour que vos compétences de délégation s’améliorent.

Vous pouvez également dire par la suite : « Pour m’assurer que je n’en demande pas trop à mon équipe, je fais des petits points hebdomadaires avec chacun d’entre eux. Je tiens à savoir s’ils se sentent bien avec leur charge de travail et s’ils ont des remarques à m’apporter. Tous les retours sont bons à prendre. » 

Pour vous préparer au maximum, allez voir les pires catastrophes qu’il peut vous arriver et comment les éviter.

« Je suis un accro du boulot »… pas terrible

Même si vous avez l’impression de vous mettre en avant en disant cela, c’est plutôt le contraire qui se passe. En effet, vous avez tendance à passer pour quelqu’un qui se vante de beaucoup travailler et surtout, vous vous mettez vous-même une énorme pression. Si vraiment vous êtes engagé par ce recruteur, vous allez devoir lui prouver que vous êtes effectivement un accro du boulot ! Et si vous avez menti…

Dites plutôt à votre interlocuteur que vous avez parfois tendance à en faire trop et que ce n’est pas toujours bénéfique pour votre travail. Montrez-lui ensuite que vous faites tout pour gérer ça au mieux « je fais un énorme effort pour travailler intelligemment. Je me fais des to-do quotidiennes pour me concentrer sur mes priorités et pour ne pas me disperser. »

Je n’arrive pas à parler en public, j’ai des problèmes de confiance en moi

Ne dites jamais à un recruteur que vous avez « des problèmes de confiance en vous ». Quoiqu’il se passe (même si ce n’est pas vrai), vous avez confiance en vous.

Même si « parler en public » n’est pas la réponse que l’on entend le plus souvent, cela arrive et vous devez la manier avec agilité et intelligence. Etoffez votre réponse avec des exemples pour que votre interlocuteur comprenne bien où vous voulez en venir. Expliquez toujours ce que vous faites pour travailler sur cette faiblesse : « Récemment, je me suis inscrit à des cours de théâtre et d’élocution pour m’entraîner à parler en public. Nous nous réunissons tous les vendredis soirs et je vois déjà les évolutions ! ». 

Retrouvez le Toast Challenge qui vous apprendra à speecher comme Barack Obama !

Conclusion : quoiqu’il se passe et quelque soit la réponse que vous donnez, essayez toujours de rebondir sur quelque chose de positif. Oui, vous avez des faiblesses mais vous travaillez dessus et vous vous améliorez de jour en jour !

Faites-votre-CV-en-ligne-gratuitement

Previous post

Amazon va embaucher 3 900 personnes pour les fêtes de fin d'année

Next post

Préparez vos horloges, ce week end on passe à l'heure d'hiver !