Le fait de pouvoir prendre les devants, proposer de nouveaux projets et les réaliser par la suite, c’est ce à quoi aspire la majorité des cadres. Qapa vous explique comment reconnaître une entreprise qui vous permet cela.

D’après une étude menée récemment par le cabinet de conseil en management Oresys, plus les cadres sont incités à prendre des initiatives, plus ils sont épanouis au travail et plus leur entreprise est compétitive. D’autre part, c’est également ce que veulent les cadres. En effet, 90 % affirment avoir des idées pour améliorer leur entreprise. Cependant, la majorité des entreprises fonctionnent encore avec une hiérarchie très présente et segmentée ce qui réduit considérablement la possibilité de prendre des initiatives.

Comment reconnaître les entreprises à éviter ?

D’après les 1 150 cadres interrogés par Oresys, les entreprises étant contre la prise d’initiative ont des processus lourds dans 20% des cas, une hiérarchie très segmentée qui sépare les fonctions entre elles (19 %), et cultivent l’opacité et la rétention d’information (13 %). Voici donc pour vous les signes à repérer lors de votre recherche d’emploi pour reconnaître rapidement les entreprises à éviter.

Les caractéristiques à observer

Lorsqu’on n’est pas encore en poste, il n’est pas forcément simple de repérer les caractéristiques de ces entreprises qui brident la créativité. Cependant, certains éléments doivent vous mettre la puce à l’oreille comme le fait de devoir passer 5 ou 6 entretiens avec les représentants de chaque strate hiérarchique ce qui montre qu’une décision ne se prend jamais sans l’accord des supérieurs et donc que leur processus décisionnel est long.

D’autre part, pour faire le bon choix : « Les candidats ne doivent pas hésiter à profiter des réseaux sociaux professionnels pour entrer en contact avec les salariés de l’entreprise », d’après Yves Salomon, directeur général d’Oresys. Que ce soit au cours d’une conversation téléphonique ou autour d’un café, c’est une bonne chose de contacter un salarié de l’entreprise en question pour en savoir plus sur l’ambiance générale de travail, les questions de confiance, d’entraide ou d’opacité entre managers et managés.

Previous post

La règle du STOP quand on vient de perdre son emploi

Next post

Les 5 éléments déterminants d'une équipe à succès