En 2015, près d’un salarié sur cinq (19 % hors apprentis en France métropolitaine) travaille à temps partiel. Sur la période récente, le temps partiel progresse légèrement chez les hommes mais les femmes y sont toujours très majoritaires : en 2015, il concerne 31 % des femmes et 7 % des hommes salariés (hors apprentis). La part des emplois à temps partiel s’est stabilisée avec la loi sur la réduction du temps de travail et la fin des abattements spécifiques en faveur du temps partiel mis en place dans les années 1980. Pour les femmes, le nombre et l’âge des enfants à charge restent des déterminants importants du travail à temps partiel. Cependant, la première raison évoquée d’être à temps partiel est le fait que l’emploi occupé n’offre pas d’autre possibilité (50 % des hommes et 42 % des femmes à temps partiel).

De nombreuses personnes disponibles pour travailler davantage

Certaines personnes à temps partiel souhaiteraient et seraient disponibles pour travailler davantage ; d’autres, beaucoup moins nombreuses, ont travaillé moins que d’habitude, notamment pour des raisons de chômage technique ou partiel. Le sous-emploi, qui rassemble ces deux catégories de personnes, touche 7 % des personnes qui travaillent en 2015. Il concerne près de 10 % des femmes en emploi et 4 % des hommes. Après avoir augmenté avec la crise, la part des personnes en sous-emploi se stabilise depuis 2013 (figure 2).

Cumuler plusieurs emplois

Certaines personnes cumulent plusieurs emplois. Il s’agit le plus souvent de salariés ayant plusieurs employeurs, notamment ceux qui exercent auprès de particuliers employeurs et dans l’action sociale. Le développement du statut d’auto-entrepreneur favorise pour certains salariés, le fait d’avoir une activité indépendante secondaire. Fin 2013, selon les estimations d’emploi, 8 % des actifs occupés ont plusieurs emplois.

etude-insee

Previous post

Ventes record pour Renault

Next post

Sodexo annonce de bons résultats