D’après un sondage mené par l’IFOP auprès de plus de 500 chefs d’entreprise, la majorité des dirigeants de TPE sont pessimistes quand à leur futur. Cependant, cette tendance est moins visible pour les femmes qui se montrent davantage optimistes que les hommes.

Le moral des dirigeants en nette baisse en France

Plus des deux tiers des personnes interrogées sont pessimistes, soit une augmentation de 7 points par rapport à l’année précédente. En effet, ils se disent de plus en plus angoissés et surmenés. 45% d’entre eux disent redouter de se retrouver dans une situation financière précaire. De plus, cette tendance touche davantage les moins de 40 ans qui sont 66% à réellement angoisser à propos de cette éventualité.

D’autre part, parmi les préoccupations principales, près de 9 patrons sur 10 évoquent angoisser à propos de l’ambiance de travail et la qualité des relations avec les salariés de l’entreprise. 66% jugent important de développer de nouveaux produits ou services. Et 75% disent également songer régulièrement à leur retraite.

La majorité des dirigeants de TPE consacre tout leur temps et leur énergie au développement de leur activité et on note un certain ras le bol général puisque près de 85% des dirigeants interrogés désirent passer plus de temps avec leurs proches. 72% veulent prendre du recul sur leur activité et 71% des dirigeants de TPE souhaitent prendre davantage soin de leur santé.

Près du tiers des femmes dirigeantes croient en la croissance

L’étude s’est également plus spécifiquement penchée sur la vision des femmes dirigeantes qui se montrent bien plus optimistes que les hommes. D’un point de vue purement professionnel, 50% des hommes dirigeants se disent confiants dans l’avenir contre 61% des femmes. De plus, 32% des femmes interrogées croient en la croissance de l’activité alors que la moyenne générale (hommes et femmes confondus) se situe à 20%.

D’autre part, elles sont plus nombreuses que les hommes à veiller à la qualité des relations au travail. 93% des femmes dirigeantes disent accorder de l’importance à l’ambiance au bureau.

Pour 68% d’entre elles, devenir patron lorsqu’on est une femme n’est pas plus facile qu’il y a dix ans. Une vision qui n’est pas partagée par les hommes qui pensent, quant à eux à 43% qu’il est plus simple aujourd’hui pour une femme d’accéder à ce type de poste. En outre, 70% des hommes attribuent ce changement à une « évolution des mentalités ».

 

Si vous êtes intéressé(e) pour créer votre entreprise, Qapa a écrit pour vous une série d’articles pour vous aider dans votre création avec des conseils d’experts, le point sur les financements possibles et aussi les points sur lesquels vous devez garder votre attention. Allez directement dans la sections « Créer ma boîte » de qapa.fr/news.

Previous post

Donnez-nous votre avis

Next post

3 éléments de la recherche d'emploi qui vous font stresser inutilement