Quand on parle entretien d’embauche, les demandeurs d’emploi ont souvent peur des questions que les chargés de recrutement risquent de poser, de tomber aussi sur des recruteurs maladroits.

Mais il y a un autre facteur de stress qui peut être tout aussi dévastateur : on vous a posé une question, et vous connaissez votre réponse, mais vous savez aussi que ce n’est pas la réponse que le recruteur veut entendre.

Voici un exemple : Vous vous présentez à la réunion prévue, et le chargé de recrutement vous conduit à travers un espace de travail en open-space jusqu’à son bureau. Il se tourne vers vous et vous demande: «Alors, que pensez-vous des espaces de bureaux partagés? »

La «bonne» réponse-celle qu’il veut évidemment entendre-est, « je pense qu’ils sont top ! J’adore collaborer et interagir avec mes collègues de travail toute la journée. « 

Mais que faire si la réponse qui sonne effectivement vrai pour vous est tout le contraire-que vous aimez travailler de façon autonome et vous préférez vous enfermer dans un joli bureau tranquille et vous concentrer sur votre travail sans distraction constante ?

Vous voulez ce job, bien sûr, mais vous ne voulez pas d’un poste qui n’est pas fait pour vous. Pour savoir comment vous positionner, gardez ces quatre conseils à l’esprit.

 

conseils_entretien_embauche

1. Gardez en tête que vous ne savez pas ce que fait le recruteur veut entendre

Si les candidats avaient toujours su ce que leurs recruteurs voulaient entendre, il n’y aurait probablement pas autant de personnes qui répondent à cette question « Quelle est votre plus grande faiblesse?» par «perfectionniste. » Parce que de nombreux recruteurs vont vous dire : voilà exactement ce que je ne veux pas entendre.

Dans de nombreux cas, les recruteurs veulent que vous soyez franc et honnête au sujet de vos lacunes. Oui, ils sont à la recherche de personnes avec des qualités et de l’expérience, mais ils veulent aussi savoir que vous êtes une personne, pas un robot. Par exemple, un employeur qui vous demande de raconter une erreur que vous avez faite veut vraiment entendre parler de votre faute (et comment vous avez appris d’elle, bien sûr) -Pas que vous avez eu une carrière miraculeuse sans erreur.

Vous pouvez penser que votre réponse n’est pas la bonne, mais elle peut être aussi ce que le recruteur veut entendre de vous.

2. Rephrasez si possible

Dans certains cas, vous pouvez aussi être honnête avec votre réponse, tout en vous mettant en avant.

Par exemple, si votre interlocuteur vous demande comment vous gérez le stress. La réponse honnête? Le stress vous met habituellement dans un état émotionnel compliqué et vous fait perdre vos moyens.

Mais, cela ne va probablement pas inspirer beaucoup de confiance au recruteur. Donc, considérez comment vous pouvez le reformuler d’une manière honnête, mais plus positive en mettant l’accent sur la façon dont vous travaillez à vous améliorer dans ce domaine particulier.

« Quand je fais face à une situation stressante, il y a des moments où je laisse la pression arriver. Cependant, je me suis rendu compte que ce qui m’aide vraiment est d’écrire sur une feuille toutes les tâches que je dois faire et ensuite je les fais une par une. Je me suis rendue compte que je suis alors plus efficace et le stress redescend. « .

3. posez plus de questions

Quand vous savez exactement ce que l’employeur recherche, vous pouvez vous positionner plus facilement. Cependant, en posant quelques questions sur le poste, la société, le management, vous pouvez alors adapter encore mieux vos réponses

Prenons l’exemple de l’espace de travail en open-space. En supposant que vous ne voulez pas travailler seul tout le temps, vous pouvez répondre à la question, «J’aime collaborer avec mes collègues, mais quand j’ai vraiment besoin de me concentrer, je préfère travailler dans un espace plus calme. Je vois que vous avez un bureau assez ouvert ici-y a-t-il des espaces réservés pour travailler sur des dossiers au calme? « 

Vous être complètement honnête, tout en montrant votre flexibilité et surtout, vous êtes prêt à creuser afin de savoir si le poste est vraiment fait pour vous. Parce que, tout comme la société est en train de vous évaluer, vous êtes également en train d’évaluer l’entreprise et le poste proposé. Pour votre avenir, il est important de convaincre le recruteur pendant l’entretien d’embauche, mais aussi de creuser pour comprendre si le poste est bon pour vous et votre carrière. Ce qui me amène à :

4. Connaissez vos limites

En fin de compte, vous devez savoir quelles sont vos limites !

Par exemple, si vous voulez un poste qui n’a aucun contact avec les clients, et si un recruteur vous demande « Comment gérez-vous les appels des clients en colère? » , dans ce cas c’est un signe que vous ne serez pas un bon candidat pour le poste.
Bien sûr, vous voulez décrocher un job. Mais vous ne pourrez pas exercer longtemps un travail qui ne vous correspond absolument pas. Etre honnête pendant l’entretien d’embauche tout en vendant bien vos qualités et compétences est peut-être la bonne voie pour décrocher le poste de vos rêves.

Previous post

Les 8 qualités qui feront de vous un bon recruteur

Next post

Fin du monde : que feriez-vous pendant vos dernières heures ?