Selon une étude menée par l’Unedic, gestionnaire de l’assurance-chômage, les CDD de moins d’un mois se sont fortement développés ces dernières années. En effet ils sont passés d’un peu plus d’ 1,5 million par trimestre en 2000 à plus de 4 millions en 2016 ! Les contrats de travail très courts sont donc de nouveau plébiscités ce qui a amené patronat et syndicats à se réunir, mercredi dernier, pour étudier le sujet.

84% des CDD de moins d’un mois sont des réembauches

Le nombre de CDD de moins d’un mois a plus que doublé en quinze ans. En revanche les recrutements en CDD plus longs sont restés inchangés sur cette même période. D’autre part ce sont en fait très souvent les mêmes personnes qui accumulent les CDD au sein des mêmes entreprises. Ainsi, en 2012, 84 % des CDD de moins d’un mois et 69 % de l’ensemble des CDD  étaient des réembauches par un ancien employeur. Trois secteurs se distinguent particulièrement: l’hébergement restauration, les activités spécialisées scientifiques et techniques, l’hébergement médico-social. En 2013, 250.000 personnes, dont deux tiers de femmes, enchaînaient ainsi des CDD très courts.

Tout aussi inquiétant, seul un CDD sur cinq (20 %) se transforme aujourd’hui en CDI, contre un sur quatre (24 %) avant la crise de 2008, selon France Stratégie, un organisme rattaché à Matignon.

Patronat et syndicats ne parviennent pas à trouver un accord

Déjà en discussion en juin 2016, patronat et syndicats n’avaient pas réussi à trouver un accord à propos de la réforme de l’assurance-chômage. Les syndicats réclamaient a minima un système de bonus-malus, voire une taxation des contrats courts, afin d’en limiter la profusion. Le patronat avait alors refusé, mettant ainsi un terme aux négociations.

Depuis fin 2016, les partenaires sociaux tentent de rouvrir les négociations, dans l’espoir de parvenir à un accord avant les prochaines élections. Ils se rencontrent de manière informelle afin d’établir «un diagnostic partagé» sur le marché du travail et l’assurance-chômage, selon l’expression de Pierre Gattaz, le président du Medef.

A la suite de ces discussions, patronat et syndicats décideront le 15 février de rouvrir, ou non, formellement une nouvelle négociation.

Vous êtes à l’écoute de nouvelles opportunités ? Rendez-vous dès maintenant sur www.qapa.fr où nous rassemblons pour vous toutes les offres du marché ! Plus de 450 000 offres d’emploi vous attendent.

 

 

Previous post

Le lycée militaire de St Cyr lance un BTS "cyberdéfense"

Next post

Comment acheter un logement sans apport personnel ?