Quand Marissa Peretz a reçu un appel de Tesla en 2010, elle était ravie.

Le constructeur automobile envisageait de l’engager comme l’un de ses premiers recruteurs. Mais avant de pouvoir rejoindre l’équipe, Peretz a dû passer un entretien d’embauche avec Elon Musk, cofondateur et PDG de Tesla.

 

Peretz, qui a depuis fondé Silicon Beach Talent avec son collègue alumni Tesla Max Brown, a déclaré qu’elle n’était pas trop nerveuse à propos de l’entretien.

 

« Je pense que l’ignorance est un bonheur, dans une certaine mesure », a déclaré la candidate. « Il avait la personnalité et la présence de quelqu’un qui commandait beaucoup. Mais comme il n’était pas encore connu, je n’avais pas réalisé que j’avais un entretien d’embauche avec quelqu’un comme Steve Jobs. Je m’entretenais juste avec ce gars qui construisait une compagnie. »

 

Peretz a eu son entretien avec Musk. On lui a dit que si elle avait duré plus de cinq minutes dans l’entretien, c’était un signe que tout allait bien.

 

« Je pense que j’ai duré 12 ou 13 minutes ou quelque chose comme ça », a-t-elle dit. « J’étais tellement excitée, c’était assez intense, ces minutes. »

 

Elle a dit que Musk a tendance à poser des questions courtes. Notamment : « Parlez-moi de votre réalisation technique la plus importante, le projet dont vous êtes la plus fière. »

 

Un connaisseur de l’entreprise Tesla a précédemment déclaré que cette question est destinée à vérifier l’expertise technique d’un candidat.

 

« Il vous donne une sorte d’occasion unique de l’impressionner », a déclaré Peretz.

 

Dans son cas, Musk lui a aussi posé des questions spécifiques au recrutement.

 

« Il a demandé : » Qu’est-ce qui fait de vous la bonne personne pour travailler pour ma société, pourquoi devrais-je vous faire confiance ? « .

 

Peretz avait admiré Tesla depuis la fin de ses études. Elle a travaillé sur un projet dans lequel elle a dû créer un business-model pour une entreprise de location de voitures électriques à l’Université de l’Arizona. L’une des voitures de sa flotte fictive était une Tesla Roadster.

 

« C’est ce qui m’a attiré à Tesla, une entreprise qui veut changer le monde », a-t-elle dit. « Je n’étais pas nécessairement une personne passionnée par la voiture au début. Mais je me suis convertie maintenant. »

 

Peretz a dit qu’elle ne se souvient pas de ses réponses exactes aux questions durant l’entretien avec Elon Musk. Mais elle a déclaré que son enthousiasme de longue date pour la société a fini par la servir.

 

« Quand j’ai eu mon entretien d’embauche avec Elon Musk en personne, j’ai en fait apporté mon plan d’affaires pour lui montrer », a-t-elle dit. « Il a rigolé et a vraiment apprécié. Je sais juste que je me souciais tellement de la mission et du travail que c’est ce qui a conclu l’affaire pour moi. »

Previous post

11 signes qui montrent que vous êtes prêt pour une promotion

Next post

5 erreurs à éviter absolument dans votre lettre de motivation