Présenté ce jeudi en comité central d’entreprise, le plan de réduction d’effectifs du groupe pourrait concerner jusqu’à 7 % des effectifs soit environ 5000 postes.

Une conséquence du plan à moyen terme

La réunion du comité central d’entreprise (CCE) a eut lieu jeudi dernier. Au programme, les conséquences sur l’emploi du plan à moyen terme (PMT) du groupe. Il y a exactement un an, l’entreprise avait exprimé sa volonté de «s’adapter à son environnement», de «mettre en œuvre les choix de son plan Cap 2030» et d’«optimiser ses ressources en diminuant le nombre de recrutements».

A l’origine, la mise en application de ce plan prévue entre 2016-2018 impliquait une baisse de 5 % des effectifs sur le périmètre d’EDF SA (EDF en France à l’exception de ses deux filiales RTE et Enedis).

Les unités d’exploitation directement impactées

Aux dernières nouvelles, ce plan a connu quelques modifications. En effet, il s’étale désormais sur la période 2017-2019 et pourrait concerner jusqu’à 7 % des effectifs, soit plus ou moins 5000 postes.

«Des aménagements sont toujours en cours mais il semble bien que les unités d’exploitation puissent directement être impactées par ces mesures et pas seulement les fonctions support», souligne un observateur.

D’autre part, pour les syndicats, une question se pose : comment l’entreprise peut-elle réduire ses effectifs alors qu’elle a entamé plusieurs chantiers industriels de grande ampleur, à commencer par le «grand carénage» programme de modernisation des centrales destiné à prolonger leur espérance de vie de 40 à 60 ans.

Vous souhaitez vous tenir au courant des nouveautés concernant l’emploi et l’économie, consultez dès à présent la rubrique actualité de notre site Qapa News !

 

Previous post

Baromètre de l'emploi Qapa en région Normandie - Janvier 2017

Next post

Les diplômes favorisent toujours l'accès à l'emploi