Ce lundi, le gouvernement débute une opération quelque peu étonnante pour lutter contre les discriminations à l’embauche. On se souvient toutes et tous de la promesse du gouvernement de mettre en place le CV anonyme. Si cela n’est pas encore fait, c’est une nouvelle démarche qui vient remplacer ou compléter celle-ci : l’envoi de faux CV pour une campagne de testing. L’objectif ? Savoir si les candidats qui portent un nom à consonance particulière sont ou non recontactés par un employeur potentiel.

Une dizaine d’entreprises visées

Cette démarche ne va viser qu’une dizaine d’entreprises, comme le souligne la ministre du Travail Myriam El Khomri. La liste de ces entreprises est secrète et elles comptent toutes plus de 1000 employés : « Ce n’est pas une campagne de communication mais de sensibilisation, a assuré la ministre ce matin sur France Info. Pourquoi cette campagne? Parce que la discrimination est illégale et irrationnelle. En effet, elle a un coût. De nombreuses familles dépensent de l’argent pour les études de leurs enfants et les promesses répuublicaines ne sont pas là. A ce sujet (le coût de la discrimination, ndlr), j’ai commandé un rapport à France Stratégie qui me le remettra d’ici juin. Cette campagne concernera aussi la fonction publique. L’État doit être exemplaire ».

Abandon du CV anonyme ?

En 2013 déjà, l’Observatoire national des zones urbaines sensibles avait fait le même genre de test avec des CV anonymes et avait mis en évidence que les personnes qui habitaient Paris avaient deux fois plus de chances que celles qui habitaient en Seine-Saint-Denis de décrocher un entretien.

 

Previous post

Vers un revenu minimum d'existence de 400 euros par mois ?

Next post

10 trucs psychologiques pour que les gens vous apprécient immédiatement