La crise de la quarantaine n’est pas une période facile. Bien souvent vous arrivez à 40 ans en ayant l’impression que vous avez déjà passé la moitié de votre vie (ce qui n’est pas totalement faux), et surtout que vous êtes à un tournant dans votre carrière, mais également dans votre vie personnelle. Et parfois, tout arrive en même temps : votre relation se termine, votre travail n’est finalement pas exactement ce que vous attendiez, votre cercle social change et l’accumulation des factures vous empêche de faire ce que vous souhaitez.

Plutôt que de choisir l’option « je m’enterre au fond d’un trou et j’attends que ça passe« , pourquoi ne pas profiter de cette « crise de la quarantaine » pour prendre un nouveau départ et réajuster vos ambitions de carrière ? Voici trois choses auxquelles vous pensez peut-être et voici comment leur donner un sens sans ruiner votre carrière.

#1 Vous voulez que votre travail compte (et compte vraiment)

A 40 ans, vous pouvez clairement dire que votre travail est presque devenu votre deuxième maison. En effet, vous passez parfois plus de 40 heures par semaine au bureau (sans compter le trajet aller-retour), et vous avez l’impression de voir vos collègues plus souvent que votre famille et vos amis. Arrivé à 40 ans, on a souvent tendance à faire un petit bilan. Même s’il n’est pas satisfaisant et que vous avez l’impression de faire du sur-place dans votre job, ne prenez pas ça comme un aspect négatif, au contraire, cela doit se traduire par un impact positif sur votre future carrière professionnelle : vous devez changer quelque chose. Votre boulot ? Votre environnement ? Ou bien votre façon de travailler ? A vous de faire le bilan et de poser les pour et les contres.

La réponse se trouve peut-être dans les perspectives. Je m’explique. Après l’obtention de votre diplôme, vous avez cherché un boulot pour (bien souvent) avoir un bon salaire, vous procurer une grande expérience et vous n’avez jamais compté vos heures. Toutefois, à 40 ans, certaines choses peuvent être remises en cause : vous avez peut-être envie de faire moins d’heures, d’un boulot moins stressant ? C’est tout à fait normal. Mais n’oubliez pas de revoir vos exigences à la baisse, cela veut peut-être dire « salaire moins attractif », mais si vous avez la tranquillité d’esprit, peut-être est-ce la solution ?

Si vous ne souhaitez vraiment pas quitter votre emploi, alors essayez de lever un peu le pied et renseignez-vous sur des nouvelles responsabilités au sein même de votre entreprise : communiquez avec votre boss, c’est souvent la meilleure solution. Autre option : pourquoi ne pas trouver une activité culturelle, artistique ou même sportive à côté de votre job ?

#2 Vos points forts (et vos points faibles) se sont amplifiés

A 40 ans, on peut dire que vous commencez à avoir un peu de « bouteille », vous avez acquis des compétences et vous maîtrisez ce que vous faites. Toutefois, bien souvent, vos points faibles ont également pu s’accentuer… Il n’est parfois pas toujours facile de se sentir bien dans ce qu’on fait, surtout lorsqu’on a l’impression de ne pas évoluer.

Dans une crise de la quarantaine, vous pouvez vous fixer des objectifs en réfléchissant sur vos domaines d’amélioration, ce qui pourrait vous être utile sur le long terme. En effet, de nombreux jeunes arrivent sur le marché du travail et vous risquez d’être en concurrence directe avec eux. Si vous ne voyez pas comment vous en sortir, pourquoi ne pas vous doter d’un coach de carrière ? Si vous n’avez pas forcément les moyens ou l’envie, essayez d’en parler à votre patron et voyez avec lui dans quels domaines vous pourriez vous améliorer.

#3 Votre plan de carrière ne tient pas la route

Bien souvent, nous pensons à tord que nous devons décider qui nous voulons être dans la première partie de notre carrière et de notre vie. Or, ce n’est pas forcément vrai ! Bien au contraire, la quarantaine passée, nos objectifs peuvent changer et évoluer.

Il est normal de réécrire vos plans et de laisser la place à des nouvelles envies. Si vous vous sentez un peu perdu(e), essayez ceci : demandez des conseils à vos collèges ou à des amis qui sont plus âgés que vous et qui travaillent dans la branche qui vous intéresse. Préparez quelques questions sur leurs défis, les opportunités de croissance, les valeurs qui les animent… Prenez l’habitude d’enquêter sur votre avenir potentiel avant de concevoir un nouveau plan de carrière.

En conclusion, la crise de la quarantaine peut être quelque chose d’effrayant, mais gardez en tête une chose : vous gagnerez beaucoup à travers elle ! Avec les bons outils, les bonnes attentions et le bon entourage, votre crise vous permettra certainement d’avancer et de rendre votre carrière plus satisfaisante.

Previous post

Près de 1000 emplois crées dans les grands magasins parisiens

Next post

Hausse du nombre de créations d'entreprises au mois de mai