Selon un célèbre adage il faut parfois prendre du recul pour mieux sauter. La pandémie de COVID-19 nous a obligé à faire machine arrière, mais pour autant, des progrès ont été réalisés dans de nombreux domaines tels que le travail à distance, la technologie de la vidéoconférence et la compréhension des défis auxquels sont confrontés les parents qui travaillent. Le chômage a augmenté depuis le début de la crise sanitaire, car un certain nombre d’industries ont été très impactées et ne se sont toujours pas remises. En conséquence, les employés ont dû revoir leurs priorités afin de réintégrer le marché du travail.

Dans un monde utopique, il n’y aurait aucune difficulté dans le monde du travail. Les employés passeraient en douceur d’un emploi à l’autre, grimperaient les échelons, auraient des responsabilités croissantes et des salaires plus élevés. Mais la réalité est tout autre, et lorsque des licenciements inattendus surviennent et que les factures affluent, la priorité n’est pas d’attendre la prochaine grosse opportunité mais de travailler rapidement. Par conséquent, certains chômeurs et nouveaux diplômés ont été contraints de faire un pas en arrière en postulant à des emplois pour lesquels ils sont sur-qualifiés afin d’aller de l’avant.

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les employeurs peuvent hésiter à embaucher des personnes dont les connaissances, les compétences ou l’expérience dépassent les attentes du poste visé. Voici les raisons et nos conseils pour éviter cette situation👇

Préoccupations des employeurs :

La première est la demande de rémunération. En effet, les employés les plus qualifiés touchent des salaires plus élevés, et même s’ils sont prêts à accepter un salaire inférieur pour un poste moins qualifié, il y a de fortes chances qu’ils s’attendent bientôt à une augmentation. Une autre raison est que les employés sur-qualifiés peuvent être plus difficiles à gérer ou avoir plus de mal à accepter des directives de collègues moins expérimentés. Une troisième raison est que la sur-qualification peut entraîner la frustration et la procrastination au travail. Et enfin, les employés sur-qualifiés peuvent simplement utiliser le poste comme un tremplin jusqu’à ce que quelque chose de mieux se présente.

Personnalisez les CV :

La plupart des chercheurs d’emploi savent déjà qu’il faut personnaliser son CV ; cependant, lorsqu’il y a un écart entre l’expérience du candidat et les exigences du poste, cela devient encore plus important. Dans de nombreux cas, les compétences ou qualifications qui rendent les candidats sur-qualifiés peuvent ne pas être pertinentes pour le poste pour lequel ils postulent et peuvent être omises de leur CV. Plutôt que d’énumérer leurs réalisations professionnelles les plus impressionnantes, les candidats devraient plutôt se concentrer sur les domaines d’expérience de leurs postes antérieurs qui sont directement liés aux tâches et responsabilités du nouveau rôle.

Incluez une lettre de motivation

Lorsqu’il s’agit de communiquer des informations pertinentes, comme les raisons pour lesquelles un candidat apparemment sur-qualifié est intéressé par un poste particulier, les lettres de motivation peuvent être précieuses. Il est préférable pour les candidats d’utiliser une lettre de motivation pour expliquer leur intérêt pour le poste ou l’entreprise, en citant des éléments spécifiques du poste qui les attirent, ainsi que des raisons telles que la réputation de l’entreprise, sa culture, l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ou même le lieu. En montrant que les candidats ont un véritable intérêt pour le poste et l’entreprise, les employeurs seront plus enclins à ignorer leur sur-qualification.

Préparez vos réponses à l’avance :

Il faut anticiper les questions concernant leur sur-qualification lors des entretiens en préparant des réponses à l’avance. Par exemple, citer un historique d’emploi à long terme dans la même entreprise peut éviter les craintes des employeurs concernant la recherche d’emploi. De même, le fait de réitérer l’intérêt des candidats pour le poste et l’entreprise mentionnés dans leur lettre de motivation peut jouer en leur faveur. Enfin, le fait de donner des références d’employeurs précédents peut aider à convaincre les responsables du recrutement que les candidats postulent pour les bonnes raisons et qu’ils seraient un atout pour l’entreprise, même s’ils sont sur-qualifiés.

Pensez stratégiquement :

Les candidats peuvent réfléchir à une stratégie lorsqu’ils postulent à des postes pour lesquels ils peuvent être sur-qualifiés, et convaincre les responsables du recrutement d’en faire autant. Le champ d’application du poste peut s’étendre à l’avenir, et les candidats ayant plus d’expérience ou de qualifications pourraient facilement évoluer avec le poste tout en assumant de nouvelles responsabilités. Cela pourrait profiter à l’entreprise à long terme, en permettant une croissance plus rapide et une plus grande rentabilité que si elle engageait un travailleur moins expérimenté qui nécessite plus de formation ou ne possède pas le même potentiel de croissance. En bref, l’embauche d’un employé dont les qualifications dépassent les exigences du poste peut constituer un investissement dans l’avenir de l’entreprise.

Les demandeurs d’emploi expérimentés doivent donc apprendre à se présenter aux employeurs en positionnant leur sur-qualification comme un atout et non comme un inconvénient.

Suivez QAPA sur FacebookLinkedIn et Instagram ou rendez vous directement sur qapa.news pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles ! 🚀 
Et pour accéder à toutes nos offres direction qapa.fr ou l’application mobile disponible sur Apple et Google Play.

Previous post

Vous ne savez pas quoi faire de votre vie ? Voici quelques conseils pour vous guider :

Next post

Nos conseils pour taper dans l'oeil des recruteurs 👀